Clicky

Les ingénieurs donnent le sens du toucher aux robots

Les robots peuvent désormais avoir un sens du toucher plus développé. Des scientifiques de l’université de Californie à Los Angeles en collaboration avec l’université de Washington ont consacré dix ans d’études pour créer ce produit innovant. Ils ont alors trouvé un moyen pour perfectionner les perceptions des machines.

Il est désormais possible pour une machine robotisée de ressentir trois types de sensations : la vibration, les cisaillements et la pression. Le but est de pouvoir donner une certaine perceptibilité à ces automates afin qu’ils puissent exécuter leur tâche correctement.

Peau Robots

Grâce à cette innovation, les robots se rapprochent un peu plus de l’humain en étant plus sensibles à son environnement.

Les caractéristiques de cette peau synthétique

Cet épiderme factice est équipé de plusieurs capteurs permettant de ressentir chaque sensation. Il s’étire facilement et s’adapte à toutes les parties du robot ou de la prothèse.

Réalisée à partir de matériau à la fois souple et résistant qu’est le silicone, cette peau artificielle confère une grande précision aux robots pour mieux déceler et ressentir chaque perception.

Avec cette technologie, les robots peuvent désormais ressentir un fil qui coupe, un téléphone qui vibre ou même une poignée de main. Ce sens du toucher est profitable à certains domaines en l’occurrence la chirurgie et l’industrie. Cette peau en silicone peut aussi être enfilée sur des jouets robotisés afin de leur donner encore plus de sensibilité.

Une avancée majeure dans la robotique

Cette peau artificielle se différencie des anciens modèles par les trois sensations qu’elle procure aux robots. Ces derniers peuvent alors réagir en fonction des commandes envoyées par les capteurs installés intégrés dans cette peau factice en silicone.

Selon le professeur de l’université de Washington Jonathan Posner, cette technologie permet aux robots de faire la différence entre le fait de saisir un fil et de le tirer lorsqu’ils démantèlent une bombe.  Ces capteurs sont conçus à partir d’un métal sous forme de liquide pour que les transmetteurs résistent à l’étirement de la peau. Le robot peut alors effectuer tout type de mouvement selon l’usage désiré.

Au vu de cette dernière trouvaille, les robots acquerront-ils d’autres sens du corps humain dans les années à venir ?

Mots-clés robotiquerobots