Clicky

Les iraniens protestent contre Apple

Le samedi 26 août 2017, l’entrepreneur iranien Mehdi Nayebi a eu la mauvaise surprise de recevoir un mail venant du géant américain Apple lui annonçant que son application AloPeyk, un service de livraison, a été retirée de l’AppStore. Mehdi Nayebi n’est pas un cas isolé. En tout, une douzaine d’applications iraniennes ont été supprimées de l’AppStore. Des applications comme Bamilo, une plate-forme d’e-commerce ou encore DelionFoods, une application de livraison de repas à domicile.

Les applications iraniennes ne sont pas les seules qui ont été retirées de l’AppStore, des services comme Uber ou encore Amazon ne sont plus accessibles en Iran. La suppression de ces différentes applications est la conséquence d’une sanction américaine contre l’Iran.

Apple Sony

Face à une telle situation, la réaction du ministre iranien des télécommunications, Javad AzariJahromi, ne s’est pas fait attendre. Il a en effet tweeté que le respect du droit des utilisateurs est un principe de base qu’Apple n’a pas respecté.

Les protestations fusent

Cette décision d’Apple a suscité la polémique. Selon Javad AzariJahromi, les technologies de l’information doivent être utilisées pour rendre la vie des gens meilleure et plus confortable et non comme un moyen de discrimination entre les pays. La population iranienne n’a pas hésité à protester contre cette action jugée discriminatoire.

Pour se faire entendre à travers le monde, ils ont décidé de diffuser sur les réseaux sociaux le Hashtag « StopRemovingIranianApps » ou « Arrêtez de supprimer les applications iraniennes ». Une pétition a même été lancée sur Twitter pour demander à Tim Cook, le patron d’Apple de renoncer à la suppression de ces applications en Iran. En deux jours, cette pétition a regroupé 4600 signataires.

Apple garde le silence

Malgré les réactions suscitées par cette affaire, Apple a choisi de rester silencieux. Selon Mehdi Taghizadeh, co-fondateur de la société Delion, Apple n’a pas fourni de réponses claires à leurs demandes.

Selon Mehdi Taghizadeh, les utilisateurs d’appareils Android ne font pas face à de telles restrictions sur Google Play Store. Suite à cette décision d’Apple, de nombreux utilisateurs pourraient bien se tourner vers les smartphones Android.

Apple, Uber et Amazon servent donc actuellement de moyen de pression à l’étranger. Y aura-t-il d’autres géants IT américains qui vont s’embarquer dans une aventure aussi rocambolesque ?

Mots-clés appleappstore

Share this post

Andy

Rédacteur web passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !

  • Tom

    Google play store n’existe pas en Iran, la censure est la même pour toutes les plateformes, ça ne concerne pas uniquement Apple contrairement à ce que vous indiquez.