Clicky

Les nus surréalistes et sensuels de Blaise Cepis

Le photographe basé à Brooklyn, Blaise Cepis, a le don de créer des photographies abstraites et pour le moins « déstabilisantes ». Beaucoup de ses photos associent des modèles nus avec des miroirs ou des impressions qui rendent la scène abstraite et le plus souvent perturbante.

Blaise a une attirance pour des scènes qui ressemblent beaucoup à des erreurs grossières, celles qui donnent de la fraîcheur là où il devrait y avoir de la chaleur, ou l’absence de sexualité là où l’on s’attendrait à avoir du sexe.

Blaise

Des chimères mi-reptiles mi-humaines, des créatures à deux têtes, une jambe là où devrait se trouver un torse, des femmes sculpturales, dans tous les sens du terme… Bienvenus dans le monde de Blaise Cepis.

Un artiste qui invite à briser les codes

Natif de Philadelphie, et basé à Brooklyn, Blaise Cepis a étudié à la Parsons School of Design avant de se lancer dans la pub en intégrant en freelance les équipes créatives des agences Mother et JWT.

Une expérience qu’il qualifiera lui-même de « soulsucking » (quelque chose qui vous aspire l’âme), lors d’une interview avec le magazine It’s Nice That. Il est désormais connu pour ces créations photographiques surréalistes, quoique lui-même ne se considère pas à proprement parler comme un photographe.

Le corps nu à l’honneur sans l’être…

Dans les photographies de Blaise Cepis, le corps nu, omniprésent, est parfois carrément décomposé en « pièces détachées » pour le départir de son caractère purement érotique ou figuratif. Dans certaines de ses photos mettant en scène des jeunes femmes en tenues légères, l’attention du spectateur est détournée des corps dénudés pour se focaliser sur des détails intrigants comme la combinaison des corps ou des postures souvent incongrues.

Il y a toujours un détail esthétique, dissonant ou drôle, une petite barrière, un filtre… quelque chose qui cloche sur la photo et fait diversion. Blaise est tout simplement du genre à plus se soucier du plaisir de prendre la photo, que de la photo elle-même, et on a le sentiment que si les choses n’étaient pas faites de cette façon, ses photos perdraient probablement leur charme étrange.

Mots-clés instagram