Clicky

Les ondes acoustiques sous-marines pourraient servir à retrouver le vol MH370

Peut-être une bonne nouvelle en vue concernant la disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines. Des scientifiques auraient trouvé une nouvelle technique pour retrouver les restes du vol MH370. Celle-ci consiste à exploiter les ondes acoustiques sous-marines sous toutes leurs formes.

Pour l’heure, les spécialistes ont réussi à déterminer deux points d’impact hypothétiques de l’avion sur l’océan. Cette même méthode de recherche pourrait permettre d’indiquer les autres itinéraires possibles.

Daech Avion

Voilà maintenant quatre ans et demi que le vol MH370 s’est évaporé dans la nature. De possibles débris de l’engin sont retrouvés ici et là. Une équipe internationale d’investigation a même été déployée sur place.

Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, personne n’a réussi à résoudre le mystère. Cette nouvelle technique s’avère cependant très prometteuse.

L’exploitation des ondes acoustiques sous-marines est en effet susceptible d’être bénéfique non seulement pour trouver les traces du vol MH370, mais aussi dans d’autres secteurs d’activité.

Une étude concentrée sur l’impact

Pour identifier les deux points d’impact possibles de l’avion MH370, les chercheurs ont analysé les ondes acoustiques provenant de deux stations hydroacoustiques. Leur choix s’est expressément dirigé vers ces deux installations pour la simple raison qu’elles étaient actives au moment de la disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines.

Cette étude prend en compte un certain nombre de facteurs, y compris la fréquence des ondes hydroacoustiques générée par un impact et l’élasticité du fond marin. Les scientifiques envisagent également d’élargir leur champ d’analyse. Les recherches ne seront plus focalisées sur les signaux ainsi que les données collectées le 8 mars 2014 de 00 h à 02 h GMT.

Les signaux HA08S aussi en disent long !

Les scientifiques s’accordent à dire que les signaux HA08S peuvent s’avérer utiles pour situer les zones d’impact du vol MH370. Les premiers résultats obtenus placent un éventuel point de crash dans la partie nord de l’océan Indien. Il faudra néanmoins effectuer des analyses supplémentaires et plus approfondies pour étayer ces informations.

Les chercheurs soutiennent que les signaux HA08S sont d’excellentes balises de recherche. Pour que les résultats soient concluants, il faut cependant examiner à la loupe les signaux émis par le Boeing 777, et ce, depuis le 7 mars 2014 à 23 h (heure GMT) jusqu’au 8 mars 2014 à 4 h (heure GMT).