Les Panama Papers risquent aussi de causer du tort aux sites pirates

Les Panama Papers déchainent les passions depuis dimanche dernier et tout le monde ne parle plus que de ça. Enfin sauf BFM TV et tous les quotidiens dirigés par des personnalités impliquées dans l’affaire, bien entendu. Toutefois et contrairement à ce que l’on pourrait penser, les politiciens, les vedettes, les sportifs et les hommes d’affaires ne sont pas les seuls concernés.

Si vous n’avez pas du tout suivi l’actualité de la semaine dernière, alors sans doute est-il préférable par une piqure de rappel histoire de remettre les choses dans leur contexte.

Panama Papers Pirate

Les panama papers ne concernent pas uniquement les politiciens.

A la base, tout a commencé lorsque le Consortium International des Journalistes d’Investigation (ICIJ) a mis la main sur 11 millions de documents provenant des archives d’un cabinet du nom de Mossack Fonseca.

Les Panama Papers déchainent les passions depuis le début de la semaine

Il est fort possible que ce nom ne vous dise rien et c’est assez logique car cette entreprise s’est spécialisée dans la domiciliation de sociétés offshore. Elle permet donc aux gens de placer leur argent à l’étranger pour échapper aux impôts ou même à d’éventuelles poursuites judiciaires.

Premières Lignes et Le Monde ont eu accès à l’ensemble de ces documents et ils ont effectué des recherches poussées pour parvenir à extraire les informations contenues dans ces dossiers.

Il faut dire que leur classement laissait franchement à désirer. Les courriers électroniques côtoyaient effectivement les actes administratifs, les copies de fax et même des pièces d’identité. Fort heureusement, l’ICIJ a les moyens de ses ambitions et ils ont pu mettre au point un outil de reconnaissance de caractères pour faciliter l’accès à ces informations.

Quoi qu’il en soit, pas mal de noms ont été cités durant toute la semaine. Dans le lot, on peut citer les amis de Vladimir Poutine, le premier ministre de l’Islande, Platini, Lionel Messi et plein d’autres célébrités.

Oui mais voilà, si l’on en croit le journal néerlandais Trouw, alors la liste contiendrait aussi le nom de plusieurs personnes liées à la scène warez. Bram van der Kolk et Julius Benchlo, deux anciens de Megaupload, auraient ainsi monté une société offshore dans les années 2010 avec l’aide du cabinet pour dissimuler leurs liens avec la société.

Le truc, c’est qu’ils n’ont pas été les seuls à le faire. La société qui se cache derrière The Pirate Bay, par exemple, est domiciliée aux Seychelles et il en va de même pour les éditeurs de la plupart des gros trackers torrents.

Cela veut aussi dire que les propriétaires de sites pirates ont de sérieuses raisons de s’inquiéter car les Panama Papers risquent de faire volet leur anonymat en éclat.

Mots-clés p2pweb