Les poupées sexuelles marchent fort dans les maisons closes

L’Autriche abrite plusieurs maisons closes et le propriétaire de l’une d’entre elles a récemment fait l’acquisition d’une poupée sexuelle robotique afin de surprendre ses clients. Il compte en commander une seconde.

Fanny est arrivée dans cette maison close originaire de Vienne un peu plus tôt dans l’été. Très intrigué par la popularité croissante de ces produits, Peter Laskaris, le tenancier des lieux, n’a pas regardé à la dépense et il a ainsi opté pour un des modèles les plus chers du marché.

Passion Dolly

À la base, il s’agissait d’une simple expérience. Le propriétaire de la maison close souhaitait effectivement savoir si ces produits avaient réellement leur place dans un commerce comme le sien.

Fanny a plus de clients que les prostituées de la maison close

Contre toute attente, la poupée a rencontré un certain succès en dépit de ses tarifs dispendieux. Pour profiter de ses atouts, les clients de la maison doivent en effet dépenser quatre-vingts euros de l’heure.

Si le modèle choisi par Peter Laskaris ne va pas aussi loin que les derniers modèles lancés par certains constructeurs américains comme RealDolls, elle profite tout de même de finitions soignées et elle est ainsi faite de TPE et de silicone médical avec un squelette articulé et un vibreur capable de délivrer des vibrations de différentes intensités, des vibrations modulables en fonction des gestes de son partenaire.

Pour la trouver, le propriétaire des lieux ne s’est pas limité au continent européen et il a ainsi passé commande auprès d’une entreprise japonaise. Ces produits rencontrent en effet beaucoup de succès dans l’archipel nippon et de nombreuses entreprises se sont lancées sur le secteur au fil de ces dernières années.

Les poupées sexuelles ont de plus en plus de succès

Contre toute attente, Fanny a rencontré un vif succès auprès des clients fréquentant l’établissement. Un succès tel que les réservations courent le plus souvent sur plusieurs jours. Plus étonnant encore, la poupée a cumulé plus de passes que toutes les autres hôtesses de la maison.

Fort de ce succès, Peter Laskaris a donc commandé une seconde poupée afin de pouvoir répondre à la demande de ses clients.

Selon Gerti Senger, le co-président de la société autrichienne pour la recherche sexuelle, le succès de Fanny ne serait pas un cas isolé et de plus en plus de maisons de passe autrichiennes auraient ainsi recours aux services des poupées sexuelles.

Une tendance qui s’étend également à l’Irlande.

Mots-clés insolitensfysextoys