Clicky

Les poupées sexuelles robotiques commencent à investir les maisons closes

L’Irlande abrite de nombreuses maisons closes et l’une d’elles propose depuis peu une poupée sexuelle robotique à ses clients pour un coût fixé à une centaine d’euros de l’heure.

Passion Dolly est donc disponible à la location dans une des maisons closes installées à Dublin. Relativement grande, elle ne fait pas franchement dans le réalisme et elle est ainsi pourvue d’une poitrine extrêmement généreuse et d’une croupe à faire pâlir de jalousie toutes les sœurs Kardashian.

Passion Dolly

Contrairement aux derniers modèles fabriqués par RealDolls, elle n’est pas intelligente et elle est donc incapable de tenir une discussion ou même de se mouvoir.

Les poupées sexuelles s’incrustent dans les maisons closes

En réalité, elle est principalement faite de TPE et de silicone médical, avec un squelette métallique articulé. Il est ainsi possible de plier son torse, ses membres et sa tête afin de lui faire mimer n’importe quelle pose sexuelle, même les plus improbables.

Le fabricant de la poupée l’a pourvu de tous les orifices habituels et il a également mis en place un système de vibreurs intelligents au niveau de ses parties génitales. Passion Dolly sera ainsi capable de moduler leur vibration au rythme imposé par son implacable partenaire.

La maison close a fait l’acquisition de la poupée le mois dernier et elle a séduit des dizaines de clients pour le moment malgré le tarif imposé par les gérants de l’établissement. Le prix de l’heure est en effet fixé à une centaine d’euros, préservatifs, lubrifiants et mouchoirs inclus.

Toutefois, si les clients le souhaitent, ils peuvent aussi louer la poupée pendant une demi-heure, à un prix fixé à une cinquantaine d’euros.

100 € l’heure, ou 50 € la demi-heure

D’après les gérants de la maison close, Passion Dolly attirerait surtout des hommes solitaires, des timides ou des fétichistes.

Les poupées sexuelles se sont considérablement démocratisées en l’espace de quelques années et cette tendance ne serait pas près de s’inverser. Pas d’après les comportementalistes et les psychologues.

En revanche, tout le monde ne voit pas les choses d’un bon œil.

Noel Sharkey et Aimee van Wynsberghe ont en effet publié un article la semaine dernière dans lequel ils appellent les pouvoirs publics à prendre le maximum de précaution. Selon ces deux éminents universitaires, les poupées sexuelles pourraient en effet conduire à l’objectivation des femmes et des enfants, encourageant ainsi les abus, les viols et même la pédophilie.

Dans ce contexte, ils appellent les états à adopter des lois pour empêcher ces robots de s’implanter.

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.