Les robots grand public ne sont pas aussi fiables et sécurisés qu’on le pense

Les robots destinés au grand public pourraient être une source de danger pour leurs propriétaires. C’est ce que des hackers de l’IOActive, une entreprise américaine spécialisée en sécurité informatique, ont démontré à travers plusieurs vidéos postées sur YouTube. Les pirates éthiques montrent qu’il est possible d’infiltrer les logiciels des robots pour en prendre le contrôle à distance.

Les automates pourraient alors servir d’espions. Les hackers d’IOActive ont pu utiliser ceux qu’ils ont piratés pour filmer et écouter leurs propriétaires sans que ces derniers ne le sachent. Ils ont également démontré que des personnes malintentionnées pourraient aussi manipuler la machine à distance pour la faire attaquer son possesseur, et peut-être même le blesser mortellement.

Robots sexuels

Aucune marque de robot n’a été épargnée par les tests. Ainsi, même les grands noms du secteur comme Softbank, UBTech ou encore Universal présentaient des failles qu’il est possible d’exploiter.

Des failles de sécurité inquiétantes

Lors des tests, les experts d’IOActive ont mis à jour plusieurs failles de sécurité importantes chez les robots destinés aux foyers. Ils sont notamment parvenus à prendre le contrôle des célèbres robots NAO et Pepper du japonais Softbank Robotics. Dans une de leurs vidéos, ils dévoilent qu’il est possible de convertir ces derniers en système d’écoute et surveillance, permettant ainsi à un tiers de récolter des sons et images à l’insu de la personne épiée.

Une autre vidéo bien plus inquiétante montre un robot du chinois UBTech, l’Alpha 2, en train de poignarder à plusieurs reprises une tomate avec un tournevis, alors qu’il est contrôlé par un hacker d’IOActive. L’automate est pourtant censé être un compagnon de jeu pour les enfants.

Les fabricants ne sont pas coopératifs

Ce n’est pas la première fois que des experts d’IOActive tentent de démontrer les failles informatiques chez les objets connectés. Ils l’ont déjà fait avec des smartphones et même des voitures. Concernant les robots, la société s’est empressée d’informer tous les fabricants concernés par des failles de sécurité dans le software de leurs produits. C’était au début de l’année.

Nous sommes en août et la société n’a pu que tristement constater que peu de fabricants ont pris en compte ses avertissements. Ainsi parmi la cinquantaine de robots testés, seulement quelques-uns ont vu leur système de sécurité software renforcé. Il y a de quoi faire réfléchir quant à la « Robolution » qui se prépare et qui voudrait que tous les foyers en aient un à la maison.

Les démonstrations d’IOActive prouvent en effet que le danger pourrait ne pas seulement venir des robots tueurs de l’armée, mais aussi des inoffensives machines destinées au grand public.

Mots-clés robotiquerobots