Les robots sexuels, la porte ouverte au viol et à la pédophilie ?

Noel Sharkey et Aimee van Wynsberghe en sont convaincus, les robots sexuels pourraient à terme favoriser les viols et la pédophilie en conduisant les populations les plus fragiles à se replier sur elles-mêmes. Les chercheurs recommandent donc la plus extrême prudence.

La robotique est un secteur en plein développement et cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir, entraînant par la même occasion de profondes mutations sociétales.

Robots sexuels

La plupart des experts s’accordent à dire que les robots nous pousseront à redéfinir notre sexualité. Ian Pearson, un futurologue réputé, s’attend même à une normalisation des rapports interespèces à l’horizon 2025.

Les robots sexuels, une menace pour notre espèce ?

Noel Sharkey et Aimee van Wynsberghe sont également de cet avis, mais ils ne voient pas ce phénomène d’un très bon œil.

Avant de poursuivre, il est sans doute utile de prendre le temps de présenter brièvement ces deux chercheurs. Le premier enseigne la robotique et l’intelligence artificielle à l’Université de Sheffield et il est unanimement reconnu par ses pairs comme l’un des plus grands spécialistes dans ces deux domaines. Le second travaille aux Pays-Bas et plus précisément à l’Université Technique de Delft. Il donne lui aussi des cours dans le domaine de l’éthique et des technologies.

Pour eux, il ne fait aucun doute que les rapports sexuels entre humains et robots vont se multiplier dans les années à venir. La prochaine décennie devrait d’ailleurs marquer un tournant dans ce domaine.

Toutefois, d’après ces deux chercheurs, ces changements pourraient avoir des effets extrêmement négatifs sur notre société et même favoriser le viol et les actes pédophiles.

En réalité, ils pensent que la multiplication des robots risque à terme de pousser les individus les plus fragiles à l’isolement social. Dans ce contexte, ils craignent que ces publics perdent leur empathie et qu’ils finissent par développer d’importances névroses conduisant à une désensibilisation complète et une perte des valeurs sociétales.

Cette vision peut paraître pessimiste, mais elle se rapproche finalement beaucoup de ce que montrent les œuvres de fiction.

Les robots sexuels pourraient favoriser le viol et la pédophilie

Dans Westworld, par exemple, les visiteurs du parc finissent tous par perdre leur humanité à force de frayer avec les robots. Cela vaut même pour les plus sensibles ou les plus romantiques d’entre eux.

Le problème ici viendrait finalement de la perception de l’autre.

Contrairement aux êtres faits de chair et de sang, les machines ne sont pas conçues pour éprouver des sentiments et elles sont donc perçues comme de simples objets. En conséquence, avoir des relations régulières et soutenues avec des robots pourrait effectivement changer la manière dont certains individus envisagent les rapports sexuels.

Pour éviter de tels débordements, les deux chercheurs recommandent une action ferme de la part des pouvoirs publics. Le professeur Sharkey aimerait ainsi que le gouvernement britannique prenne des mesures strictes pour limiter l’importation de robots sexuels sur le territoire. De son point de vue, ce serait la seule manière d’éviter d’éventuels débordements.

Il faut tout de même rappeler qu’on entend souvent les mêmes discours au sujet des sites pornographiques. Pourtant, à l’heure actuelle, personne n’a pu établir un lien direct entre les agressions sexuelles et la consommation de contenus pour adultes.