Clicky

Les robots sexuels, un vrai danger pour les enfants ?

Samantha, c’est le nom du nouveau robot sexuel controversé commercialisé depuis septembre 2017 au Royaume-Uni. Ce n’est pas une machine comme les autres, car elle est douée d’une intelligence artificielle. Samantha aurait ainsi une « personnalité, » ce qui veut dire qu’elle peut réagir au toucher et à la voix de l’utilisateur ; elle pourrait même repousser les « avances » si on ne se comporte pas en gentleman !

Aaran Lee Wright, un grand passionné de robot sexuel, a voulu partager son expérience avec Samantha dans l’émission « This Morning » sur la chaîne ITV.

Le père de famille a ainsi provoqué un véritable tollé lorsqu’il a déclaré que ses enfants jouaient avec Samantha.

Wright est conscient que les gens trouvent cela « étrange » voire « pervers » mais il affirme qu’il a toujours eu le soutien de sa femme.

Une nouvelle méthode d’éducation sexuelle pour les enfants ?

Wright se fiche complètement de savoir ce que les gens pensent de lui en laissant Samantha interagir avec ses enfants. Selon lui, le « mode famille » de Samantha serait une solution efficace pour que les enfants puissent jouer avec le sexbot sans que cette dernière ne tienne de propos salasses.

Son épouse ne voit pas de mal à ce que son mari prenne du plaisir avec Samantha. « Je ne pense pas que Samantha va me remplacer. » dit-elle. « Elle vit avec nous, comme un membre de la famille. »

Les avis sont partagés parmi les universitaires

Un groupe d’universitaires s’inquiète de cette situation. « Les enfants imiteront les machines qui les ‘élèvent’. » explique Kathleen Richardson, professeur d’éthique et de la culture des robots et de l’intelligence artificielle à l’université de Montfort. Elle s’inquiète d’une possible détérioration de la relation entre les enfants et les parents et met en garde contre les risques psychosociaux.

« Les enfants vont penser que les femmes sont réservées à certains usages. » avertit Kathleen Richardson. « Ce modèle leur servira alors de repère dans leurs relations et leurs comportements avec les autres, ce qui est profondément dommageable pour les enfants. » D’autres universitaires, comme Kathy Hirsh-Pasek, professeur de psychologie à l’université de Temple, pensent pour leur part que les gouvernements et les services sociaux doivent intervenir pour prévenir les problèmes que cela soulève.

Mots-clés nsfysextech