Les scientifiques mettent en garde contre les dangers du gaz hilarant sur la santé

Les vacances d’été sont proches et avec elles, les fêtes et les folies en tout genre. Pendant les parties, les jeunes et les festivaliers sont souvent tentés de prendre du gaz hilarant « pour le fun ». Les experts tirent cependant la sonnette d’alarme sur ce produit qui représenterait un sérieux danger pour la santé.

Classifié dans la catégorie des « drogue douce », le gaz hilarant possède de nombreux effets secondaires, comme le soulignent les experts du Royal College of Nursing, au Royaume-Uni.

L’inhaler entraînerait en effet des maux de tête, une perte de conscience soudaine, et même des lésions nerveuses.

D’après les statistiques, le gaz hilarant est particulièrement prisé par les jeunes âgés de 16 à 24 ans. Or depuis 2011, il serait à l’origine d’une quarantaine de décès en Angleterre et au pays des Galles.

Une drogue pas si douce que ça

La popularité du gaz hilarant ou « oxyde nitreux » chez les fêtards vient principalement de ses propriétés euphorisantes qui sont censées rendre les festivités plus joyeuses et intéressantes. Nous avons pourtant affaire à un produit qui n’est pas aussi inoffensif que le croient ceux qui en consomment sans retenue lors des fiestas.

Catherine Gamble, responsable professionnelle des soins infirmiers en santé mentale à la MRC, prévient en effet que le gaz hilarant peut rendre accro, comme n’importe quelle autre drogue : « outre les effets physiques sur le corps, qui peuvent eux-mêmes être très graves, il existe des impacts psychologiques associés à l’abus de toute substance pouvant conduire à une dépendance. »

Un danger réel, mais encore peu connu

Pour les chercheurs, le véritable danger du gaz hilarant n’est autre que l’ignorance au sujet des risques qu’il représente pour la santé. Un fait confirmé par Stuart McKenzie, infirmier gestionnaire clinique au NHS Ayrshire and Arran et également du forum sur la santé mentale de la MRC

« Je pense que le nombre de personnes qui l’utilisent est beaucoup plus important que quiconque pourrait le penser. […] Les parents d’adolescents connaissent peut-être aussi le cannabis et les lois en vigueur, mais si vous leur posez des questions sur les dangers de l’oxyde nitreux, combien d’entre eux pourraient dire en toute confiance ce qu’ils sont ? », a déclaré Stuart McKenzie sur le sujet.

Pour Catherine Gamble, il faudrait ainsi commencer par renforcer la loi concernant le produit, mais surtout sensibiliser les jeunes et leurs parents sur les dangers qu’il représente. « […] Une meilleure information du public, notamment des festivaliers et des jeunes, sur les risques, aiderait les gens à rester en sécurité et réduirait le fardeau des professionnels infirmiers. »

Mots-clés gaz hilarantsanté