Les selfies à l’origine d’une dépression sur cinq chez les étudiants ?

Les experts dénoncent depuis longtemps les méfaits du selfie. Ce dernier serait à l’origine des cas de dépression nerveuse observés chez les jeunes d’aujourd’hui. Les scientifiques indiquent qu’en moyenne, un étudiant sur cinq souffre de ce trouble mental. Par ailleurs, les chercheurs ont confirmé que ces dernières années, un nombre croissant d’universitaires ont développé et montré des signes de dépression. Un centre faisant des études sur la santé mentale des universitaires s’est penché sur le sujet.

Selon le rapport, la majorité des étudiants recherchent des conseils pour se défaire des symptômes de dépression ou d’anxiété excessive. Le docteur David Rosenberg est professeur en psychiatrie et neuroscience. Il déclare dans un article d’analyse publié dans The Conversation que les réseaux sociaux sont à l’origine de nombreuses dépressions nerveuses.

Mort Selfie

Pour le docteur de Wayne State University, la technologie et l’utilisation des médias sociaux sont même en passe de devenir les principaux facteurs de l’apparition des troubles mentaux.

Un gap entre le virtuel et le réel

Les jeunes de nos jours passent de nombreuses heures sur les médias sociaux. Cela les empêche d’avoir de vraies interactions sociales et produit un sentiment de solitude. Cette situation est propice au développement des pathologies mentales.

Les jeunes utilisant excessivement les réseaux sociaux se déchirent entre la vie réelle et la vie virtuelle.

L’univers virtuel peut vite prendre le dessus sur la réalité. Les jeunes universitaires sont parfois obsédés par le besoin et l’envie de mener une vie extraordinaire. Par ailleurs, la dépendance au téléphone mobile est liée à la perturbation du sommeil, ce qui engendre le stress et de la même manière, la dépression et l’anxiété.

Faut-il également lier les selfies au suicide ?

Selon les statistiques de l’OMS, ces trente dernières années, les États-Unis ont enregistré un énorme bond de son taux de suicide. Cela coïncide avec l’usage en hausse des antidépresseurs. Le journaliste Will Storr affirme que le « perfectionnisme social » n’y est pas étranger. Il parle surtout de la perfection perçue par autrui via le selfie.

La dégradation de la santé mentale arrive lorsque l’individu est confronté à l’impossibilité d’atteindre le perfectionnisme social tant véhiculé par les réseaux sociaux. Il faut savoir que la déception peut dans certaines conditions conduire une personne au suicide.

Mots-clés santéselfies