Les selfies peuvent aussi aider à arrêter les meurtriers

Les selfies sont à l’origine de nombreux accidents chaque année, mais ils peuvent aussi s’avérer utiles dans certains cas et c’est précisément ce que prouve cette histoire. Grâce à une photo prise par sa victime, les autorités russes ont en effet pu confondre un meurtrier et prouver sa culpabilité.

Olga Emeluanova avec une trentaine d’années et elle vivait dans la région de Salavat en Russie avec ses deux enfants.

Selfies

Suite à une rupture difficile, elle a commencé à fréquenter des sites de rencontres et elle a alors fait la rencontre d’un homme gentil et prévenant, un certain Rasim Sadykov.

Elle a envoyé un selfie à son frère

Après avoir échangé de nombreux messages, ce dernier lui a proposé de faire un pique-nique romantique dans une forêt de la région. Olga a accepté et les deux tourtereaux se sont donc retrouvés au lieu du rendez-vous quelques heures plus tard.

Heureuse, Olga n’a pas pu s’empêcher de prendre un selfie alors qu’elle se trouvait dans la voiture de son nouvel ami. Elle a ensuite envoyé la photo à son frère afin de partager ce moment avec lui.

En arrivant sur place, Rasim Sadykov a commencé à faire des avances à la trentenaire, mais cette dernière a refusé de céder et d’avoir une relation sexuelle avec lui. Fou de rage, l’homme l’a alors attrapée par cou et il l’a étranglée avant de cacher son corps dans un buisson de la forêt.

Inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles, la famille d’Olga a contacté les autorités pour signaler sa disparition un peu plus tard.

Les enquêteurs ont identifié le meurtrier grâce à la photo

Après une enquête minutieuse, les enquêteurs ont fini par retrouver le cadavre de la femme, sans pour autant parvenir à identifier son meurtrier.

Fort heureusement, le frère de la victime a fini par se souvenir de ce message envoyé un peu plus tôt et il a immédiatement montré la photo prise par sa sœur aux policiers chargés de l’enquête. L’image leur a permis d’identifier Rasim Sadykov et de le confondre.

Ce dernier est incarcéré depuis deux mois dans une prison russe et il passera très prochainement devant un tribunal pour s’expliquer. Il risque une peine maximale de quinze ans de prison. Les deux enfants de la victime, des enfants âgés de trois et dix ans, ont pour leur part été confiés à leur père.

Mots-clés russieselfies