Les selfies pour faire face au harcèlement de rue

Noa Jansma habite à Amsterdam et elle doit souvent faire face à des hommes très – trop – entreprenants lorsqu’elle se déplace dans les rues de sa ville. Agacée par leur comportement, elle a donc eu l’idée de leur répondre avec des selfies pour leur faire prendre conscience de leurs actes.

Le harcèlement de rue est une réalité et elle touche des millions de femmes à travers le monde chaque année.

Selfies harcèlement de rue

D’après une enquête de longue haleine menée en 2015 par le Conseil à l’Égalité femmes-hommes, 100 % des utilisatrices de transport en commun en France auraient été au moins une fois victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle en prenant le bus, le train ou le métro.

Le harcèlement de rue bientôt passible d’amendes ?

L’étude avait également révélé que les victimes de ces actes sont dans la moitié des cas mineures.

Ces chiffres ont été confirmés plus tard par une autre étude menée cette fois par Hollaback! et l’Université de Cornell. En France, 82 % des femmes sondées avaient ainsi déclaré avoir été victimes de harcèlement de rue avant leur dix-sept ans et 65 % d’entre elles avant leurs quinze ans.

Il n’existe à l’heure actuelle aucune loi pour sanctionner ces comportements. Toutefois, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargé de toutes les questions relatives à l’égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé le mois dernier la mise en place d’un groupe de travail consacré à ces pratiques. Lors de l’annonce, cette dernière avait d’ailleurs évoqué la mise en place d’amendes afin de punir les personnes s’adonnant à de tels actes.

Noa Jansma doit souvent faire face à ce type de comportements lorsqu’elle se promène dans la rue.

Des selfies pour dénoncer le comportement des harceleurs

En septembre, l’étudiante a donc décidé de passer à l’offensive et de dénoncer le harcèlement de rue en s’appuyant sur des selfies. Durant tout le mois de septembre, elle a ainsi pris une photo avec toutes les personnes la sifflant ou l’interpellant avec des remarques salaces et déplacées… pour les publier ensuite sur un compte Instagram spécialement dédié à la chose.

En l’espace d’un mois, elle a donc pris vingt-quatre photos avec ses harceleurs, des harceleurs de tout âge. Plusieurs hommes d’âge mûr apparaissent en effet sur les images partagés sur son compte.

En tout cas, l’initiative de Noa n’est pas passée inaperçue et son compte a ainsi réussi à fédérer plus de vingt mille abonnés en l’espace d’un mois.