Les Servantes Ecarlates devant l’ambassade américaine pour contester la restriction du droit à l’avortement

Pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de l’adoption par plusieurs États américains de lois qui criminalisent l’avortement, un groupe de personnes habillées en Servantes écarlates a effectué comme le rapporte le site Reflet une manifestation devant l’ambassade des États-Unis à Londres.

Alors que Donald Trump se rendait dans la capitale de l’Angleterre dans le cadre d’une visite d’État, le président américain a dû faire face à des manifestations dénonçant ses politiques. Parmi les manifestants, il y avait des servantes écarlates. Elles protestaient notamment contre la restriction du droit à l’avortement qu’elles estiment porter atteinte au droit des femmes à disposer de leur corps.

The Handmaid's Tale

Pour rappel, 28 États américains ont récemment annoncé l’adoption de lois punissant le recours à l’IVG (interruption volontaire de la grossesse). Les sanctions varient généralement d’un État à l’autre, mais on peut dire qu’elles sont réellement contraignantes.

Pour manifester leur mécontentement vis-à-vis d’une telle mesure, des femmes déguisées en Servantes écarlates ont brandi des pancartes devant l’ambassade américaine à Londres.

Des lois qui prévoient des peines lourdes

Les autorités américaines qui ont voté les lois anti-avortement ne plaisantent apparemment pas. Dans le Missouri par exemple, l’IVG est désormais passible d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à quinze ans au-delà de la huitième semaine.

À titre de comparaison, en France, un tel acte est punissable à partir de la douzième semaine.

Mais l’Alabama est allé encore plus loin en prévoyant des dispositions qui sanctionnent sévèrement les médecins impliqués dans un acte d’avortement. Dans cet État du sud-est des États-Unis, un médecin qui pratiquerait une IVG sur une femme, même victime de viol ou d’inceste, encourt désormais quatre-vingt-dix-neuf ans d’emprisonnement.

« Une peine supérieure à celle en vigueur pour le violeur lui-même », note Le Monde.

Des représentations inhabituelles du président américain

En plus des costumes de servantes écarlates comme dans la série, les manifestants défilaient dans les rues de Londres avec des représentations inhabituelles de Donald Trump mêlant colère et humour.

Certains ont décrit le président américain comme un tyran peu discipliné, notamment à cause de ses points de vue sur le changement climatique.

En plus des questions sur l’avortement, les opposants ont également évoqué le mépris des accords multilatéraux et le discours agressif à l’égard de l’Iran.