Clicky

Les services secrets britanniques seraient-ils impliqués dans l’arrestation de Marcus Hutchins ?

Marcus Hutchins est un jeune hacker britannique de 23 ans à peine répondant également sous l’appellation « MalwareTech ». Peu connu du grand public, Marcus Hutchins a réalisé un grand exploit dans le domaine de l’informatique. En effet, en activant accidentellement un kill switch, il a réussi à stopper le ransomware Wannacry en mai 2017. Un ransomware qui, rappelons-le, a touché plus de 150 pays et contaminé pas moins de 200 000 ordinateurs.

Après avoir assisté au rassemblement de DEF CON, Marcus Hutchins a été arrêté par le FBI à l’aéroport de Las Vegas le 2 aout 2017. Les agents fédéraux américains l’accusent d’avoir créé et partagé un logiciel malveillant appelé Kronos, visant à pirater des données bancaires en ligne. Hutchins, quant à lui, ne nie pas son implication dans la création de Kronos, mais proteste tout de même sur les autres chefs d’inculpation qui pèsent sur lui.

Arrestation Facebook

Héros pour certains, voleur pour d’autres, l’arrestation inattendue de Marcus Hutchins a créé une véritable polémique. Cela dit, les services secrets britanniques n’ont pas l’air aussi surpris de cette arrestation.

Marcus Hutchins et les services secrets britanniques

Durant sa première comparution devant la justice américaine, les affirmations du jeune hacker britannique viennent semer le doute dans l’enquête. Hutchins n’a pas d’antécédents criminels et il a d’ailleurs collaboré avec les « cyberflics » à plusieurs reprises afin de traquer les cybercriminels et spécialement les créateurs de malwares.

Marcus Hutchins entretenait depuis toujours des relations étroites avec le Gouvernment Communications Headquarters (GCHQ) du Royaume-Uni. Il est vrai que les méthodes de Hutchins n’étaient pas toujours des plus légales. Cependant, s’il représentait réellement un danger, les services secrets britanniques auraient depuis longtemps procédé à son arrestation.

Le rôle des services secrets britanniques

Beaucoup se demandent pourquoi l’arrestation n’a pas eu lieu bien avant le rassemblement des DEF CON. Les services secrets britanniques ont avoué être informés que Hutchins serait mis sous surveillance et qu’il serait arrêté par le FBI.

Le FBI aurait opéré de la sorte en anticipant un éventuel refus d’extradition de la part des autorités britanniques. Il pourrait bien s’agir d’une inféodation des services secrets britanniques face à la puissance américaine des agents fédéraux.

En tout cas, sous l’ère Trump, ce n’est pas le seul ressortissant étranger à être arrêté aux USA pour cause de hacking.

Mots-clés justice