Les sextoys connectés peuvent rapporter gros

Standard Innovation ne démarre pas la semaine de la meilleure manière possible. L’entreprise canadienne a en effet été reconnue coupable d’avoir enregistré de façon illégale les données sur l’activité sexuelle de ses utilisateurs. Le tribunal l’a d’ailleurs condamnée à leur version 4 millions de dollars canadiens, soit près de 2,8 millions d’euros.

L’affaire remonte à l’été dernier. Des experts en sécurité ont commencé à s’intéresser au We Wibe 4, un des produits connectés de la marque canadienne. Enfin à lui, et plus précisément à son application mobile.

Plainte Sextoy

Standard Innovation a été reconnu coupable et condamné à payer 4 millions de dollars.

En observant attentivement son fonctionnement, ils ont effectivement réalisé que l’outil avait tendance à envoyer de nombreuses données vers les serveurs de l’entreprise.

Standard Innovation a été condamné à payer 4 millions de dollars aux plaignants

Intrigués, les chercheurs ont poussé plus loin leurs investigations et ils ont alors réalisé que les données en question portaient sur la manière dont l’utilisateur ou l’utilisatrice faisait usage de son sextoy. L’affaire a été rendue publique et Standard Innovation a rapidement publié un communiqué déclarant que ces données étaient utilisées à des fins statistiques, pour améliorer les produits de la marque.

Seul problème, les utilisateurs n’avaient pas donné leur accord.

Face à la situation, une utilisatrice a décidé de porter plainte contre l’entreprise. Elle a été visiblement bien inspirée de le faire.

Car en effet, cette fameuse plainte a très vite pris beaucoup d’importance et elle s’est même transformée en class-action ou, si vous préférez, en recours collectifs. Plusieurs utilisateurs mécontents ont effectivement fait entendre leur voix et décidé à leur tour de porter plainte contre la société.

L’affaire a été portée devant un juge et ce dernier a rendu son verdict en début de semaine. Standard Innovation a donc été reconnu coupable, et condamné à verser pas moins de 4 millions de dollars canadiens. Intéressant, mais ce n’est pas tout.

Une class action qui coûte cher à l’entreprise

En effet, les personnes ayant acheté et utilisé l’appareil avant septembre 2016 (date de la première plainte) pourront réclamer 10 000 dollars à l’entreprise en guise de dédommagement. Attention cependant, car cette somme vaut uniquement pour ceux qui ont fait usage de l’application mobile livrée avec le produit. Si vous avez uniquement utilisé le sextoy, alors vous ne pourrez pas demander plus de 199 dollars.

Standard Innovation se félicite pour sa part d’être parvenu à un accord et l’entreprise a en outre déclaré qu’elle prenait la question de la sécurité des données très au sérieux. Elle promet d’ailleurs d’avoir amélioré le fonctionnement de son application pour éviter qu’un tel problème ne se reproduire. Quant à savoir si ce sera suffisant pour rassurer les futurs prochains acheteurs du produit, c’est un tout autre débat.