Les SMS auraient un impact sur notre cerveau

Les SMS marchent très très fort depuis quelques années et nous sommes ainsi des millions à envoyer quotidiennement des messages à nos proches pour partager nos aventures ou même pour prendre de leurs nouvelles. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette pratique ne serait pas anodine et elle aurait même un impact sur notre cerveau et sur nos ondes cérébrales.

C’est en tout cas ce que révèle une étude menée par la très sérieuse Mayo Clinic, une étude publiée le mois dernier dans la revue scientifique Epilepsy & Behavior.

SMS ondes cérébrales

Le fait de composer des SMS a une réelle incidence sur le cerveau.

Il est d’ailleurs possible de la consulter en ligne, à cette adresse.

La Mayo Clinic a voulu déterminer l’impact des SMS sur le cerveau, et plus précisément sur les ondes cérébrales

L’étude en question a été menée auprès de 129 patients admis à la Mayo Clinic pour diverses raisons. Certains d’entre eux souffraient d’épilepsie, mais pas tous.

Ces volontaires ont été suivis quotidiennement pendant un peu plus d’un an, et plus précisément pendant seize mois. Durant cette période, les docteurs ont réalisé plusieurs électroencéphalogrammes à intervalles réguliers tout en leur demandant à leurs patients effectuer certaines tâches comme : taper du doigt, passer des appels, remplir des tests d’attention ou encore… envoyer des SMS.

Dans 20 % des cas, les docteurs ont trouvé un nouveau motif inconnu dans les ondes cérébrales des patients. Un motif ou plutôt un rythme si vous préférez. Fait intéressant, ce dernier n’apparaissait que lors de l’envoi d’un message texte.

En recoupant leurs analyses, les spécialistes en ont déduit que ce nouveau rythme était en lien avec la capacité du cerveau à analyser des informations non verbales pendant l’utilisation d’un dispositif électronique. D’après eux, il serait connecté à un réseau cognitif particulier accru par l’attention ou l’émotion.

Les SMS et la conduite seraient biologiquement incompatibles

Ce ne sont bien évidemment que de simples hypothèses et il faudra sans doute encore plusieurs mois ou même plusieurs années avant que les spécialistes ne parviennent à comprendre l’origine et la signification de ce rythme.

En attendant, il y a tout de même un point très intéressant à retenir. D’après les docteurs, ce rythme serait totalement incompatible avec… la conduite. Il ne ferait en effet pas appel aux mêmes zones du cerveau et ils estiment donc que les personnes envoyant des SMS au volant son biologiquement incapables de se concentrer sur la route et sur ce qui se passe autour d’elle.

Il faut d’ailleurs signaler que ce qui est valable pour les SMS l’est aussi pour les messages envoyés sur Facebook Messenger, WhatsApp et toutes les solutions du même genre. Enfin ça, vous l’aviez sans doute déjà compris.

Mots-clés insoliteneurologie