Les toilettes débordent dans les parcs nationaux mais l’administration Trump ne semble pas s’en préoccuper

Le parc national Joshua Tree, connu pour ses palmiers, ses lézards et tortues du désert, connait un grave problème d’hygiène et de sécurité.

En effet, depuis que le gouvernement a opéré une fermeture partielle le samedi 22 décembre 2018, aucun financement n’est parvenu aux employés du Service des parcs.

Crédits Pixabay

En conséquence, Joshua Tree a déclaré qu’il devrait fermer ses terrains de camping populaires à partir du mercredi 2 janvier 2019 pour des raisons de santé et de sécurité. Plus précisément, le parc a expliqué sur son site web qu’il fermait pour une raison en particulier : les toilettes du parc débordent.

Par le passé, lorsque le gouvernement annonçait une fermeture, comme celle de 2013, les parcs nationaux aussi n’étaient plus accessibles au public. Cette fermeture conférait une certaine protection aux parcs, aux monuments commémoratifs ainsi qu’aux sites historiques du pays.

Les parcs nationaux sont dans un grave état de délabrement

En janvier 2018, l’administration Trump a décrété que les parcs resteraient ouverts même en cas de fermeture du gouvernement, et ce, quelle qu’en puisse être la durée. Or, maintenant, nous assistons à un arrêt prolongé du gouvernement qui entraîne une très mauvaise gestion des parcs nationaux. Certains de ces derniers ne sont même plus gérés du tout.

Jon Jarvis, qui a été à la tête du Service des parcs nationaux pendant huit ans explique la situation plus en détail dans une interview. Les parcs ressemblent un peu à une petite ville, déclare le directeur, en ce qu’ils organisent des collectes d’ordures, des assainissements d’eaux usées et qu’ils disposent même de service d’urgence comme la police ou même, des pompiers.

L’administration Trump ne semble pas avoir pris conscience des conséquences de cette fermeture gouvernementale sur les parcs nationaux

Selon Jarvis, actuellement, aucun de ces services n’est plus disponible. Toutefois, les visiteurs continuent d’affluer. Les conséquences de ce déséquilibre et de ce désordre sont les toilettes de Joshua Tree qui débordent, le sol sacré des champs de bataille de la Guerre de  Sécession qu’aucun responsable ne surveille et les piles de déchets qui s’accumulent à Yosemite.

Pour John Garder, le directeur principal du budget et des crédits à la National Parks Conservation Association, cette situation est non seulement « inacceptable » mais aussi « très inquiétante ». Il ajoute que la situation est d’autant plus préoccupante que « l’administration a adopté une approche irresponsable en exhortant les parcs à rester partiellement ouverts alors qu’il existe une vraie menace pour les ressources ».