Les trous noirs présenteraient tous le même alignement

En scrutant la région ELAIS-N1 à l’aide du télescope GMRT, des chercheurs des universités de Cap Town et de Western Cape se sont rendus compte que tous les trous noirs présentaient exactement le même alignement. Ils se demandent à présent s’il s’agit d’une caractéristique commune à tous les trous noirs.

Le GMRT, ou Giant Metrewave Radio Telescope pour les intimes, est situé près de Pune, en Inde. Il se présente sous la forme d’un gigantesque observatoire astronomique regroupant plusieurs radiotélescopes.

Alignement trous noirs

Les trous noirs supermassifs laissent souvent échapper des jets.

Il est géré par le Tata Institute of Fundamental Research mais il accueille aussi les scientifiques du monde entier et chacun est donc libre de se rendre sur place pour effectuer ses propres observations.

Les trous noirs ont été évoqués pour la première fois dans le cadre de la gravitation newtonienne

Comme indiqué un peu plus haut, des chercheurs travaillant pour l’Université de Cape Town et pour l’Université de Wester Cape en Afrique du Sud ont utilisé l’installation pour observer une région de l’univers située à des millions d’années-lumière de notre position, ELAIS-N1.

Ils se sont notamment intéressés aux nombreux trous noirs présents de la zone afin de tenter d’en apprendre un peu plus à leur sujet.

A la base, un trou noir est un objet céleste tellement compact que son champ gravitationnel empêche toute forme de matière ou de rayonnement d’en sortir. Ils ont été évoqués pour la première fois dans la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton au 18ème siècle et ils ont ensuite été repris par Albert Einstein et plus précisément dans sa théorie sur la relativité générale.

C’est plus ou moins à cette époque que ces objets sont devenus extrêmement populaires et de nombreux astrophysiciens se sont alors penchés dessus pour déterminer leur origine et tenter de comprendre leur fonctionnement.

Le problème des trous noirs, c’est qu’ils sont très difficiles à observer puisqu’ils ne reflètent pas la lumière. En outre, ce sont de véritables singularités gravitationnelles et ils échappent par conséquent à notre entendement.

Il est cependant important de noter que tous ces objets ne sont pas similaires. En réalité, leur nature dépend beaucoup de leur formation et on distingue ainsi plusieurs types de trous noirs différents : les trous noirs stellaires, les trous noirs intermédiaires, les trous noirs primordiaux et… les trous noirs supermassifs.

Il existe plusieurs types de trous noirs différents

Si vous passez souvent dans le coin, alors vous savez sans doute que des chercheurs ont détecté un nouveau trou noir géant situé à environ 200 millions d’années-lumière de notre planète, un trou noir dont la masse est 17 milliards de fois supérieure à celle du Soleil.

Ces trous noirs provoquent souvent l’apparition de jets et c’est justement ce phénomène que les chercheurs évoqués un peu plus haut ont voulu observer. En analysant les objets présents dans la région ELAIS-N1, ils ont alors découvert que tous ces jets se dirigeaient dans la même direction.

Cette découverte est moins anodine qu’on pourrait le croire.

Selon toute vraisemblance, les trous noirs ne communiquent pas ensemble et ils ne peuvent pas non plus s’influencer sur le plan gravitationnel. S’ils partagent cette même caractéristique, alors c’est sans doute à cause de leur nature, de leur essence, et cela voudrait donc dire que ce « mouvement » est provoqué par l’univers lui-même, et plus précisément par des champs qui le parcourent.

Pour le moment, nous n’en savons pas beaucoup plus malheureusement mais les chercheurs responsables de cette découverte n’ont pas encore dit leur dernier mot et ils comptent ainsi poursuivre leurs observations. Avec un peu de chance, leurs travaux nous aideront à mieux comprendre la structure de l’univers, et peut-être même à percer les origines de la vie.