Les voitures autonomes comme solutions aux embouteillages

En France, les voitures autonomes en vente sur le marché sont encore très rares. En revanche, dans les rues de Singapour, elles sont déjà présentes un peu partout. Les précédentes études ont montré que l’utilisation de ces voitures intelligentes pourrait réduire le taux des accidents. Les algorithmes par lesquels elles fonctionnent ne commettent pas d’erreurs comme les humains.

Pour la même raison, elles pourraient servir à la limitation des embouteillages. C’est ce que révèle une récente étude effectuée par une équipe de quatorze chercheurs, publiée le 4 mai 2017. Le déploiement de cinq pour cent de voitures autonomes dans le trafic pourrait être un investissement considérable en temps et en argent.

Voitures autonomes bouchons

Cette découverte pourrait révolutionner le mode de régulation du trafic. Si les résultats des prochains tests s’avèrent positifs, il pourrait être judicieux de l’intégrer.

Maîtriser la façon dont les gens conduisent

D’après les scientifiques, « Lorsque la densité de véhicules augmente sur la route, de petites perturbations s’amplifient et grossissent, formant des bouchons en accordéons qui se diffusent sur toute la route. » Ils parlent alors de « bouchons fantômes. » Ceux-ci naîtraient au niveau des changements de voie des fusions de voie, des sorties ou des goulots d’étranglement.

« Puisque les bouchons viennent des comportements collectifs des conducteurs sur la route, ils sont en principe évitables si quelqu’un pouvait maîtriser la façon dont les gens conduisent », ont-ils expliqué. Ils ont assuré que « Des bouchons se créent de façon continue, mais ils peuvent être réprimés en contrôlant la vélocité d’un seul véhicule dans le flot. »

Économie de temps et d’argent

Les résultats des premiers tests ont montré que cette nouvelle technique de régulation pourrait amoindrir le stress et le temps perdu. Par ailleurs, elle permettrait également d’économiser jusqu’à quarante pour cent de carburant. « Le contrôle intelligent d’un véhicule autonome est capable d’amortir les bouchons qui peuvent survenir même en l’absence de voies d’insertion ou de sortie », ont souligné les chercheurs.

« Le contrôle de la circulation grâce à quelques acteurs permet de nouvelles opportunités, avec un effet positif direct sur le trafic, et sans avoir besoin d’une infrastructure dédiée », a déclaré l’équipe. « Il sera possible de contrôler le flot grâce à seulement quelques acteurs (moins de 5%) bien avant qu’une majorité de véhicules ne soit autonome », a-t-elle ajouté.