L’ESA ne compte pas envoyer des colons sur Mars tout de suite

Mars est au centre de toutes les attentions et de nombreuses nations envisagent ainsi d’envoyer des hommes et des femmes à la surface de la planète rouge pour établir une colonie durable. Ce n’est pas le cas de l’ESA.

Après la Lune, Mars semble donc être la nouvelle destination à la mode. Que ce soit Elon Musk, la NASA, Roscosmos ou même les EAU, tous ont l’intention d’établir une colonie sur la planète rouge et certains envisagent même la construction d’une vaste cité futuriste afin d’étendre la domination de l’espèce humaine au système solaire.

Mars

Jan Wörner, le directeur général de l’ESA, ne voit cependant pas les choses de la même manière et il l’a fait savoir par le biais d’une allocution donnée à l’occasion de la conférence annuelle de l’agence.

Selon le patron de l’ESA, il est inconcevable d’envoyer des hommes sur Mars pour le moment

Si l’homme est parfaitement convaincu que l’humanité finira par coloniser la planète rouge, il estime également qu’il est encore trop tôt pour envoyer des hommes et des femmes là-bas : « Des humains iront sur Mars un jour, mais je n’oserais pas envoyer des astronautes [sur la planète rouge] à l’heure actuelle. Il y a trop de risques, que ce soit au niveau des radiations ou de la nécessite d’avoir un docteur sur place et ainsi de suite ».

Mars n’est en effet pas une planète très hospitalière. Si la planète ressemble beaucoup à la Terre au niveau de sa taille ou de la durée de ses journées, la planète est également pourvue d’une gravité moindre équivalente à 38 % celle de notre monde et la pression atmosphérique est beaucoup plus basse.

Pour ne rien arranger, les températures à sa surface peuvent descendre à environ -140 °C et la planète est en plus dépourvue de magnétosphère.

Ce détail est évidemment loin d’être anodin, car Mars est du coup plus exposée aux effets des vents solaires et le taux de radiation à sa surface est ainsi 2,5 fois plus important que celui de l’ISS.

Mars, une planète inhospitalière

Pour Jan Wörner, c’est évidemment un problème. De son point de vue, une mission de colonisation martienne ne pourra avoir lieu que si le risque d’échec est ramené au plus bas possible. En l’état, il lui paraît donc impossible de pouvoir établir une colonie durable sur la planète rouge.

Durant son discours, l’homme a notamment pointé du doigt la durée du transport des colons. Compte tenu des systèmes de propulsion actuels, les fusées envoyées en direction de la planète rouge auraient besoin de neuf cents jours pour l’atteindre, exposant du même coup leurs passagers aux radiations cosmiques.

En outre, l’atterrissage n’aurait rien d’une partie de plaisir et la moindre erreur pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur l’état de santé des personnes à bord des capsules.

Le directeur de l’ESA pense donc qu’il est trop tôt pour envisager une telle mission sur Mars, d’autant que les colons auront également besoin de pouvoir produire suffisamment d’oxygène et d’eau pour assurer leur survie. Or si Mars dissimule de vastes étendues de plaques de glace, nous n’avons pas encore la possibilité d’exploiter pleinement ces réservoirs naturels.

Mots-clés esaespacemars