L’étonnante histoire de Tomoe Gozen, la femme samouraï japonaise

Tomoe Gozen est une femme samouraï née vers 1160, à l’époque de Kamakura. En son temps, la plupart des femmes savaient manier la naginata. Toutefois, Gozen est réputée pour être un samouraï d’un autre niveau. Elle aurait été douée pour l’équitation, le tir à l’arc et le kenjutsu, un art du sabre. Ses exploits de guerre ont été largement relatés. Par ailleurs, la peur lui aurait été étrangère.

Son histoire est entrée dans la légende au point d’être déformée. Souvent, la vérité se mélange un peu trop au mythe. En tout cas, Tomoe est aussi réputée pour sa grande beauté.

Crédits Pixabay

Elle était à la fois l’épouse de Minamoto no Yoshinaka et le capitaine de son armée. C’était un chef de guerre très respecté qui menait vaillamment ses troupes au combat.

« Tomoe était très belle. Sa peau était blanche et ses cheveux étaient très longs. Cet archer remarquable valait un millier de guerriers, prêt à tout affronter à pied ou à cheval. C’était une cavalière hors pair », a décrit Heike Monogatari dans un roman.

Une vaillante guerrière

Tomoe Gozen a combattu auprès de son mari Minamoto no Yoshinaka au cours de la guerre de Genpei. Cette guerre civile a divisé le Japon de 1180 à 1185. Elle était caractérisée par un affrontement entre les Minamoto et les Taira. Les antagonistes se disputaient de la succession au trône impérial.

Le général Yoshinakare a poussé les Taira dans les provinces de l’ouest et cherché à prendre le contrôle du clan Minamoto. Il a kidnappé l’ex-empereur Go-Shirakawa. Ensuite, le chef du clan, son cousin Minamoto no Yoritomo, l’a considéré comme un rebelle. Celui-ci a envoyé des troupes pour se battre contre son armée, sous le commandement de ses frères Yoshitsune et Minamoto no Noriyori.

La confrontation finale a eu lieu le 21 février 1184 à Awazu. Les troupes de Yoshinaka ont combattu bravement, même s’ils manquaient d’effectifs. Quand Yoshinaka n’avait plus que quelques soldats debout, il a ordonné à Tomoe de fuir pour ne pas se faire tuer par Yoritomo.

« Lors d’un combat imminent, Yoshinaka l’envoyait comme premier capitaine, équipée d’une impressionnante armure, d’un arc et d’une épée disproportionnée. Elle a accompli plus d’actions de valeur que n’importe quel autre guerrier », a raconté le romancier.

Une histoire convertie en légende

En ce qui concerne la fin de l’histoire, il existe différentes versions. Selon l’une d’elles, elle est restée aux côtés de Yoshinaka jusqu’à la mort.

D’après une autre, elle a fui en emportant une tête avec elle. Par ailleurs, certains prétendent qu’elle s’est jetée dans l’océan avec la tête. D’autres racontent qu’elle a survécu et est devenue une religieuse bouddhiste, ou qu’elle s’est remariée.

Tomoe Gozen signifie « Dame Tomoe ». En outre, le prénom Tomoe, qui renvoie à un « cercle » symbolique, qui n’est attribué qu’aux guerrières, ou bushi. Quelle que soit la véritable fin de l’histoire de la Dame Tomoe, peu de femmes ont eu l’honneur d’être reconnues comme « bushi ».

Son caractère inhabituel a fait d’elle une légende. Certains disent qu’elle était la réincarnation d’une déesse des rivières. Dans la culture populaire contemporaine, son personnage apparait dans plusieurs films, jeux vidéo et mangas.

Mots-clés histoire