L’étrange histoire de Koko, la gorille qui a passé avec succès le test du miroir

Hanabiko « Koko » est une célèbre femelle gorille née le 4 juillet 1971 au zoo de San Francisco. Avant sa mort le 19 juin 2018, elle a passé la majeure partie de sa vie à Woodside, en Californie, dans la réserve de la Gorilla Foundation dans les montagnes de Santa Cruz.

La célébrité de Koko vient du fait qu’elle n’était pas un gorille comme les autres. Elle était en effet capable de communiquer avec les humains grâce à un grand nombre de signes de la main tirés d’une version modifiée de la langue des signes américaine (ASL).

gorille

Crédits Pixabay

Au cours de sa vie, Koko a réussi de nombreux tests de QI, dont le test du miroir. Et elle a même adopté un chaton comme animal de compagnie, auquel elle a elle-même donné un nom.

L’utilisation du langage par Koko

L’apprentissage du langage des signes par Koko a débuté à l’âge de 1 an, et c’est Francine Patterson, son instructeur et soignant, qui s’est chargée de lui apprendre le Gorilla sign language ou GSL, une forme modifiée de l’American Sign Language (ASL). D’après Patterson, Koko possédait un vocabulaire actif de plus de 1 000 signes et était capable d’utiliser plusieurs signes complexes. Ce qui laisse penser qu’elle avait un degré de développement cognitif nettement supérieur à celui généralement attribué aux primates et à leur utilisation de la communication.

Au lieu d’enseigner uniquement le langage des signes à Koko, comme c’était le cas dans d’autres expériences du genre, Patterson a aussi exposé simultanément Koko à l’anglais parlé dès son plus jeune âge.

Elle rapporte que la gorille comprenait environ 2 000 mots anglais parlés, en plus des signes, et qu’elle avait même appris à inventer de nouveaux signes pour communiquer de nouvelles idées. Patterson a déclaré par exemple que personne n’avait appris le mot « bague » à Koko, et pourtant elle pouvait s’y référer en combinant les mots « doigt » et « bracelet », pour dire « bracelet de doigt ».

Le test du miroir réussi

Alors que la plupart des autres gorilles échouent généralement au célèbre test du miroir, Koko elle a réussi à passer ce test à l’âge de 19 ans.

Le test du miroir, aussi connu sous le nom de test de Gallup, a été développé dans les années 1970 par l’Américain Gordon G. Gallup. Il permet de déterminer si un animal est capable de reconnaître son reflet dans un miroir comme étant une image de son propre corps.

Pour faire le test, on place discrètement une marque colorée (non odorante) sur la tête de l’animal puis on le met face à un miroir. On observe alors pour voir si l’animal se rend compte que la marque se trouve sur sa propre tête en observant son reflet dans le miroir. Si c’est le cas, l’animal peut réagir de différentes façons. Il peut par exemple utiliser sa patte pour essayer d’atteindre la marque sur sa tête en se servant du miroir. Et Koko a brillamment réussi le test.

« All Ball » le chat de Koko

D’après des chercheurs de la Gorilla Foundation, Koko avait demandé un chat pour Noël en 1983. Mais lorsqu’on lui avait offert un chat en peluche, elle n’avait pas l’air contente et n’a pas joué avec la peluche. Alors le jour de son anniversaire en juillet 1984, on lui a présenté une portée de chatons abandonnés pour qu’elle puisse en choisir un.

Koko a opté pour un mâle gris qu’elle a elle-même nommé « All Ball » selon Francine Patterson. Elle a écrit que Koko prenait soin du chaton comme s’il s’agissait d’un bébé gorille.

Il est clair que Koko n’était pas un animal comme les autres. Au cours de sa vie, elle a passé avec brio différents tests de QI avec des scores exceptionnels entre 70 et 90, au point que certains experts comme Mary Lee Jensvold, directrice de la Chimpanzee and Human Communication Institute (CHCI), ont affirmé que « Koko… utilisait le langage de la même manière que les humains ».

Toutefois, les aptitudes remarquables de Koko restent contestées. Il est en effet généralement admis qu’elle n’utilisait ni syntaxe ni grammaire, et que son langage n’excédait pas celui d’un jeune enfant.

Mots-clés insolite