LG et Philips lourdement sanctionnés pour entente illégale

La Commission européenne a mené une enquête sur le marché de l’écran en Europe au début du mois de septembre. Elle a découvert l’entente entre les géants de l’électronique LG, Philips, Panasonic, Samsung, Toshiba, Technicolor et MTPD sur les prix des tubes cathodiques de leurs téléviseurs et écrans PC. Cette découverte a conduit la Commission à exiger une amende de 1,47 milliard d’euros auprès des entreprises citées précédemment.

Parmi les sept entreprises concernées, LG Electronics et Philips sont celles qui vont payer les plus lourdes amendes. La Cour de justice de l’Union européenne a confirmé les sanctions ayant été prises contre les deux incriminées le jeudi 14 septembre 2017. Celles-ci ont encore tenu à se défendre, mais c’était peine perdue.

Molotov-tv

Suite à cette affaire, les petites entreprises devraient être en mesure de tirer leur épingle du jeu.

Une entente sur les prix depuis dix ans

D’après Joaquín Almunia, le responsable en charge de la concurrence au sein de la Commission européenne, ces ententes sur les tubes cathodiques et les écrans de PC représentaient la pire forme de pratiques anticoncurrentielles strictement interdites aux entreprises exerçant leur activité sur le territoire européen.

Selon l’enquête menée par la Commission européenne, l’entente sur les prix entre ces grandes entreprises ne date pas d’hier. En effet, Chunghwa, une entreprise ayant autrefois participé aux ententes confirme que cela a commencé en 1996 sans que les autorités ne s’en aperçoivent.

Des amendes particulièrement élevées pour LG et Philips

Philips et LG Electronics ont à la fois participé à l’entente sur les téléviseurs et sur les écrans PC. C’est la raison pour laquelle ces firmes vont payer les plus grandes sommes sur la totalité de l’amende.

La Commission a donc infligé à Philips une amende de 240 171 000 euros pour les téléviseurs et 73 185 000 euros pour les écrans de PC. En ce qui concerne LG, l’amende s’élève à 179 061 000 euros pour les téléviseurs et 116 536 000 euros pour les écrans de PC.

Pour la Commission, il s’agit là d’un jugement dissuasif pour les firmes de ne plus conclure pareilles ententes. Il est tout de même assez incroyable que des ententes d’une telle ampleur entre de si grandes entreprises ne soient découvertes par la Commission qu’au bout de dix ans.

Mots-clés justice