Clicky

L’histoire de Bessie Coleman, la première pilote afro-américaine

Elizabeth « Bessie » Coleman, la première femme pilote afro-américaine, a eu le désir et la volonté de réaliser en 6 courtes années ce que beaucoup de gens réalisent en toute une vie. Bessie a dû franchir pas mal d’obstacles qui entravaient son objectif de devenir pilote d’avion dans une société où être noire et une femme était un véritable problème.

Née en 1892 au Texas, Bessie Coleman a grandi dans une société qui n’offrait pas beaucoup d’opportunités aux jeunes femmes noires.

Bessie Coleman

Une détermination sans faille à réaliser son rêve

Sa famille était pauvre et l’éducation était souvent hors de portée. Coleman, cependant, était tellement déterminée à faire des études qu’elle n’hésita pas à marcher plus de 6 kilomètres pour aller à ses cours dans une cabane, à partir de l’âge de 6 ans. Elle termina l’école en étant première de sa classe, et en étant particulièrement douée en mathématiques.

En quête de meilleures opportunités, la jeune Coleman, alors âgée de 23 ans, déménagea à Chicago pour vivre avec deux de ses frères aînés. Elle trouva du travail dans un salon de coiffure où elle faisait de la manucure. C’est là que les histoires palpitantes des soldats de la Première Guerre Mondiale lui ont donné envie de réaliser son rêve de devenir pilote. Coleman s’est mise alors à chercher un formateur aux États-Unis, mais elle a été refusée à plusieurs reprises pour la couleur de sa peau et son sexe. Loin d’être découragée, elle suivit les conseils de l’un de ses clients, le propriétaire du journal « Chicago Defender », Robert Abbott, et décida de se rendre en France pour obtenir sa licence de pilote.

La première femme afro-américaine à obtenir une licence de pilote

Bessie apprit le français et, avec le soutien financier du propriétaire du “Chicago Defender”, du banquier Jesse Binga, et ses propres économies, elle entreprit son voyage le 20 novembre 1920. Elle étudia pendant sept mois et obtient une licence de pilote international en juin 1921, faisant d’elle la première Américaine à obtenir une licence de la Fédération Aéronautique Internationale et la première femme afro-américaine à détenir une licence de pilote.

À son retour aux États-Unis, Coleman provoqua un remous médiatique. Cependant, elle s’est vite rendu compte qu’elle aurait besoin de plus de formation pour gagner sa vie dans sa nouvelle carrière de pilote. Mais peu de choses avaient changé depuis la dernière fois qu’elle avait cherché à s’entraîner aux États-Unis – malgré sa renommée, elle ne trouvait toujours personne dans le pays pour la former. Elle voyagea alors encore une fois en Europe et suivit des formations dans plusieurs pays. Elle revint par la suite aux États-Unis pour devenir une véritable icône de l’aviation. Connue sous le nom de « Queen Bess » et admirée pour ses acrobaties audacieuses et son style flamboyant, Coleman se produira à de nombreux spectacles aériens au cours des cinq années suivantes.

La mort tragique d’une pionnière

En février 1923, l’avion de Coleman a calé et s’est écrasé, un désastre auquel elle a survécu avec quelques côtes et une jambe cassées. Malheureusement, elle n’aura pas autant de chance dans son accident suivant, survenu le 30 avril 1926. Elle et William Wills, son mécanicien, volaient ensemble dans un avion nouvellement acheté, mais mal entretenu, avec Coleman dans le siège passager. Parce qu’elle planifiait un saut en parachute pour le lendemain, Coleman avait débouclé sa ceinture de sécurité afin de scruter le cockpit pour repérer le terrain.

Mais l’avion a plongé de façon inattendue, projetant Coleman au sol où elle est morte instantanément. Wills a perdu le contrôle de l’appareil et s’est lui aussi écrasé au sol, mourant dans l’impact. Le coupable a été déterminé comme étant une clé qui avait été coincée dans la boîte de vitesses. Coleman n’avait que 34 ans.

Une source d’inspiration pour de nombreuses générations

Au cours de sa carrière, Coleman est restée fidèle à ses idéaux et a encouragé d’autres Afro-Américains à se lancer dans l’aviation. Par exemple, elle a refusé de se produire à un spectacle aérien qui n’admettait pas les personnes de couleur. Elle a également montré sa désapprobation chaque fois qu’il était question de perpétuer des stéréotypes raciaux péjoratifs. On lui a offert un rôle dans le film « Shadow and Sunshine », qu’elle a accepté jusqu’à ce qu’elle apprenne que sa première scène la dépeindrait comme une caricature, vêtue de vêtements en lambeaux avec un paquet sur le dos.

En six années, Bessie Coleman a réalisé son propre rêve de devenir un pilote, divertissant et inspirant des foules de personnes à travers le monde. Elle est toujours l’une des personnes les plus inspirantes de l’histoire aujourd’hui, qui a réussi à planer tout en ayant les pieds sur terre, sans laisser les barrières de la société l’empêcher d’atteindre ses objectifs. Bien qu’elle soit morte avant d’avoir atteint son objectif de créer une école de pilotage, son héritage continue de vivre.

Crédits Image

Mots-clés histoire