L’humanité est-elle prête à faire face à une rencontre avec des aliens ?

Dans les films de fiction, l’image attribuée aux extraterrestres est souvent mitigée. Dans certains scénarios, ces créatures sont à l’origine de scènes de chaos, de panique et d’hystérie. Dans d’autres, elles sont plutôt bienveillantes et songent à la préservation de la race humaine. Mais en réalité, ces différentes réactions humaines à la découverte d’une forme de vie extraterrestre ne sont qu’hypothétiques.

Des chercheurs viennent de réaliser une étude sur la réaction de l’homme à la rencontre du troisième type. Concrètement, ils ont essayé de déterminer les émotions ressenties par les participants face à différentes histoires, notamment sur les différentes découvertes de microbes extraterrestres. Dans la plupart des cas, les répondants ont réagi de manière positive.

Message extraterrestre

Les résultats de l’étude ont été présentés à l’occasion de réunion annuelle de l’AAAS (Association américaine pour l’avancement des sciences à Austin), au Texas. Ils ont également été publiés dans Frontiers in Psychology.

Des réactions inattendues ?

Les scientifiques ont déduit les émotions en se référant aux vocabulaires employés par les participants à l’étude. Ils les ont classées comme positives («heureux», «gentil», «bon») ou négatives ( «inquiet», «nerveux», «agacé»). L’équipe a pris comme échantillon les utilisateurs d’Amazon Mechanical Turk.

« Nous allons plutôt bien le prendre », a déclaré Michael Varnum de l’Arizona State University, principal auteur de l’étude. « Bien sûr, je prédis également que si une armée hostile se présentait près de Jupiter, nous ne serions pas heureux », a-t-il néanmoins ajouté.

A National Geographic, il a confié qu’il a été surpris par les résultats : « Pour être honnête, je n’étais pas du tout sûr de ce que nous allions trouver ». « Il est à noter que dans la fiction, souvent la découverte de la vie extraterrestre est présentée comme ayant des conséquences sociétales ou psychologiques négatives », a-t-il ajouté.

Les petits gris sont très différents des microbes

La question sur la fiabilité des résultats pose néanmoins problème. « Les gars gris sont très différents, et les études vraiment intéressantes sont celles qui tentent d’évaluer la réaction à la détection SETI, ou encore plus dramatique, découverte de matériel étranger », a souligné Seth Shostak de l’Institut SETI. Il fait notamment allusion à la découverte d’une civilisation extraterrestre technologique.

Pour Kathryn Denning de l’Université York, « le saut impliqué dans la généralisation de cet échantillon assez spécifique à une réaction humaine plus large est vraiment problématique ». « Une autre limite de l’étude est que les répondants américains supposaient probablement que les découvertes provenaient de sources américaines. Il est facile d’imaginer que ce serait un scénario plus complexe à travers les frontières », a-t-elle ajouté.