Clicky

Liberty Land : les administrateurs condamnés à des peines de prison avec sursis

Liberty Land était un des sites de téléchargement les plus populaires en France, mais tout a changé en mai 2011 lorsque ses quatre administrateurs ont été interpellés à la suite d’une enquête de longue haleine menée par la brigade de recherche de Rennes. Ils viennent d’être condamnés à des peines de prison.

Liberty Land a été créé en 2009 et il est rapidement devenu une adresse incontournable pour tous les amateurs de piratage.

Rapport ALPA

Extrêmement populaire, il a en effet su fédérer au fil des années une importante communauté autour de son catalogue, un catalogue riche de plusieurs dizaines de milliers de liens.

Liberty Land : les administrateurs ont été condamnés

Comme la plupart de ses concurrents, Liberty Land n’hébergeait aucun contenu sur ses serveurs et le site se contentait finalement de fournir des liens pointant vers des oeuvres audiovisuelles illégalement stockées sur Megaupload, Rapidshare et toutes les autres plateformes de l’époque.

Cela n’a cependant pas empêché la SACEM et l’ALPA de déposer une plainte formelle contre ses administrateurs en 2010.

Après plusieurs mois d’enquête, la brigade de recherche de Rennes a fini par identifier les quatre administrateurs présumés du site, des hommes âgés de 29 à 36 ans et originaires de Marseille, du Havre et de Montreuil.

Durant l’enquête, les autorités ont estimé les recettes du site à un peu plus de trois cents mille euros entre 2009 et 2011. La plus grande partie de cette somme avait été placée sur des comptes domiciliés aux Iles Vierges britanniques et en Lettonie.

L’affaire n’est pas encore finie

Le procureur chargé de l’affaire demandait, en plus d’une forte amende, des peines de six à douze mois de prison fermes. Le tribunal correctionnel de Rennes a rendu sa décision en fin de semaine dernière et les quatre hommes ont ainsi été reconnus coupables de contrefaçon en bande organisée. Trois d’entre eux ont été condamnés pour reproduction ou diffusion non autorisée de programmes, vidéogrammes ou phonogrammes.

Les peines fixées vont de deux mois de prison avec sursis à trois mois fermes, mais l’affaire n’est pas encore terminée et le tribunal se penchera à la rentrée prochaine sur les demandes de dommages et intérêts déposées par les parties civiles.

Ces dernières réclament en effet 60 millions d’euros aux quatre administrateurs du site.

Mots-clés liberty landweb

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.