Licenciement TF1 : les raisons de mon silence.

Cela n’aura échappé à personne, en ce moment TF1 fait la une de tous les grands quotidiens. Oui, sauf que ce n’est pas pour encenser la qualité de leur programmation. Non, bien au contraire, c’est plutôt au sujet du licenciement abusif, honteux et lamentable de Jérôme Bourreau-Gugghenheim, un cadre qui a osé critiqué l’Hadopi. Et justement, comme vous avez été plusieurs à me demander les raisons de mon silence à ce sujet, j’ai décidé de vous les donner dans ce billet…

Licenciement TF1 : les raisons de mon silence

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire (ce serait étonnant qu’il y en ait mais bon…), Jérome Bourreau-Gugghenheim a été licencié pour avoir critiqué le projet de loi Hadopi. Tout a commencé le 19 février, lorsque Jérome envoie un mail personnel à sa député, Françoise de Panafieu. Il y exprime ses doutes, ses inquiétudes et les nombreuses questions qu’il se pose au sujet de cette loi. Ni une, ni deux, Françoise décidé de faire suivre le message de Jérome au Ministère de la Culture afin d’obtenir des éléments de réponse. Et là, soudain, c’est le drame. Le Ministère contacte le service juridique de TF1 et, quelques semaines plus tard, Jérome est licencié.

Une affaire pas banale dans un contexte politique anormal.

Un phénomène aberrant, dont je n’ai pas parlé ici. Et du coup, vous avez été assez nombreux à m’envoyer des mails pour me demander des explications. Certains d’entre vous sont même partis sévèrement en vrille et ont été jusqu’à insinuer que je cautionnais cette triste affaire. Forcément, ça m’a mis un peu en rogne et j’ai donc décidé de rédiger ce billet.

Si je n’ai pas relayé l’affaire du licenciement de TF1, c’est donc essentiellement pour les  trois raisons suivantes :

  1. TF1 a toujours été à la botte du président. Cela ne date pas d’hier. Quand on voit les différentes interviews du président qui ont été publiées sur cette chaîne, on comprend tout-de-suite que leurs journalistes n’ont de journaliste que le nom. Et au passage, j’ai une grosse pensée pour la potiche blonde de service qui est incapable d’aligner deux mots sans bégayer. Inutile que je vous file son nom, cette description suffit amplement.
  2. Oui, le licenciement de Jérome est parfaitement dégueulasse. Mais il ne l’est pas plus que tous les dégraissages des grosses entreprises qui profitent de la crise pour se délocaliser en Inde. Et c’est bizarre, mais on en parle nettement moins. Pourtant, ce sont des milliers de foyers qui se retrouvent dans la merde. Au passage, on peut aussi avoir une pensée émue pour les banques qui profitent de l’aide de l’État (et donc de notre aide, de notre fric) pour filer plein de primes à leurs cadres incompétents.
  3. Tout le monde en a parlé. Et certains billets sont très complets, comme celui de Papy Geek. Même si cette affaire m’a particulièrement touché, il n’empêche que mon opinion n’aurait strictement rien apporté au sujet. J’ai donc opté pour le silence. Bon, là, du coup, j’en parle, mais voilà quoi…

Alors attention, je trouve l’attitude de TF1 totalement lamentable et inadmissible, là n’est pas le problème. Ce qui me chagrine, c’est qu’on a l’impression que les médias se réveillent suite à cette histoire. Cela fait déjà plusieurs mois que le pays part en vrille, que la séparation des pouvoirs (sur laquelle repose quand même le concept de démocratie) s’effrite mais il aura fallu attendre cette histoire pour qu’on commence enfin à mettre le doigt où ça fait mal.

Bien entendu, j’espère sincèrement que TF1 sera condamné à la suite de cette affaire. Mais il ne faut pas pour autant oublier le reste non plus.