L’Île de Triquet abrite un village plus ancien que les pyramides

L’Île de Triquet serait le berceau de la nation Heiltsuk. Appelée aussi Bella-Bella, il s’agit d’un peuple nord-amérindien de Colombie-Britannique, au Canada. Les contes oraux de cette tribu relatent que leurs ancêtres habitaient ce territoire rocheux d’un kilomètre de long. Dans l’intention de vérifier la véracité de ces récits, une équipe formée de trois archéologues a décidé d’explorer les lieux.

Les premières fouilles qui datent de 2011 ont révélé la présence d’une « corniche de cinq mètres de haut faite de restes de coquillages et de squelettes d’animaux ». D’après les analyses effectuées par les chercheurs de l’institut canadien Hakai, celle-ci serait vieille de six mille ans. Dernièrement, d’autres outils plus anciens y ont été découverts.

Fouilles

Ces trouvailles ébranlent les connaissances déjà établies concernant l’histoire du peuplement de l’Amérique du Nord. Ces vestiges seraient les traces laissées par la plus ancienne civilisation de la côte ouest américaine.

Une civilisation vieille de quatorze mille ans

Après six ans de fouilles, Jim Stafford, John Maxwell et Elroy White y ont trouvé d’autres preuves matérielles. Dernièrement, l’équipe vient d’y découvrir des squelettes de poissons et de mammifères marins. Ils ont également débusqué des instruments en bois tels que des projectiles, des pointes de lances, des outils pour la pêche, du charbon, du matériel pour faire du feu, etc.

Après avoir effectué des tests au carbone 14, les experts estiment la datation de ces objets à quatorze mille ans.

« Je me souviens du jour où nous avons obtenu les résultats sur la datation des objets et nous nous sommes assis là, choqués, en nous disant « Bon sang, c’est vieux ! » », a déclaré Alicia Gauvreau, étudiante de l’université de Victoria et membre du groupe de recherche, dans un interview pour CTVnews.

Des hommes plus civilisés que ce que l’on croyait

Les connaissances établies sur l’histoire du peuplement de l’Amérique du Nord étaient jusqu’ici basées sur la théorie du modèle de Clovis. Pour rappel, cette thèse avance qu’un peuple aurait traversé à pied le détroit de Béring, qui n’aurait pas été submergé d’eau, dans l’espoir découvrir de nouvelles terres.

Néanmoins, Duncan McLaren, un membre de l’équipe de recherche, a confirmé que ce peuple n’aurait jamais pu accéder à l’Île de Triquet que par bateau. D’ailleurs, les vestiges qui y ont été trouvés confirment que cette ancienne tribu avait maîtrisé des techniques d’embarcation.

Par ailleurs, outre l’intérêt scientifique qu’elle représente, cette découverte pourrait être d’une aide précieuse pour la nation Heiltsuk qui revendique ses droits auprès du gouvernement canadien.