L’Inde part à la conquête de l’espace avec sa fusée réutilisable

De nombreux pays se lancent à la conquête de l’espace. Les États-Unis, la Chine ou encore la Russie bénéficient d’une grande visibilité dans le domaine. L’Inde aussi est très active même si ses activités sont peu connues. Après plus de 50 ans d’activités, le pays prévoit une première mission avec un équipage dans l’espace vers 2022.

Le budget alloué pour financer la mission est de 1,4 milliard de dollars. Pour l’année 2019, 32 missions spatiales sont au programme.

Espace

En Inde, les fusées réutilisables sont au centre de toutes les attentions. Le Sous-Continent indien a testé un prototype en 2016 avec la navette RLV-TD. L’opération s’est déroulée dans le centre spatial de Satish Dhawan. Lors de cette phase, des technologies essentielles ont été validées dont la réutilisation du système de protection thermique, l’orientation ou encore le gestionnaire de mission de la réentrée dans l’atmosphère terrestre.

Le budget au niveau des différents projets reste assez faible par rapport à d’autres pays, mais les réalisations sont intéressantes.

L’innovation dans la fusée indienne

L’ISRO continue d’investir dans ce domaine et projette de lancer la première fusée avec 2 navettes réutilisables. Il s’agit du projet ADMIRE qui se distingue par son apparence, car l’appareil ressemble à un lanceur à deux étages. Dans les airs, l’engin doit utiliser des ailettes et ralentir avant de tirer les propulseurs à propulsion rétrograde.

Les tests pour le projet sont prévus en juin et juillet 2019

Deux méthodes sont combinées pour concrétiser le projet. La première est l’utilisation d’un tapis situé sur l’océan. La seconde implique l’utilisation du RLV-TD. Les ingénieurs doivent le contrôler pour procéder aux différentes manœuvres. L’organisation est en train de développer une méthode de récupération qu’aucune autre agence spatiale au monde n’a encore essayée.

Faire face à la concurrence

L’Inde développe les fusées réutilisables afin de devenir un opérateur dans le marché des satellites. Les bas coûts obtenus permettent de rivaliser avec les autres projets des concurrents. SpaceX par exemple est le leader mondial dans le secteur. La start-up représente près de 65% du marché. La réussite du projet est donc une opportunité pour ISRO d’attirer plus d’investisseurs et de nouveaux clients.

Les économies à réaliser sont énormes, car la même technologie est utilisée pour procéder à d’autres lancements. Cette stratégie évite de reconstruire systématiquement. L’intérêt économique tient alors une place considérable et la question du prestige du pays entre également en jeu.

La conquête de la Lune est au centre des investissements de la majorité des agences spatiales de la planète. La prochaine étape est Mars et représente un véritable défi pour les années à venir.

Mots-clés espaceinde