Clicky

L’Inde veut aller chercher du carburant sur la Lune

Le programme spatial de l’Inde, l’ISRO, veut aller là où aucune nation n’est allée auparavant, du côté sud de la Lune. Une fois sur place, une étude sur le potentiel d’extraction d’une source d’énergie nucléaire sans déchets pouvant valoir des milliards de dollars sera menée.

L’équivalent national indien de la NASA lancera un robot en octobre 2018 pour explorer le territoire vierge sur la surface lunaire et analyser les échantillons de croûte.

Cela sera fait pour trouver des signes d’eau et d’hélium-3. Cet isotope est limité sur Terre alors que c’est pourtant si abondant sur la Lune qu’il pourrait théoriquement répondre aux demandes énergétiques globales pendant 250 ans s’il est exploité. « Les pays qui ont la capacité d’amener cette source de la Lune à la Terre vont dicter le processus. » a déclaré K Sivan, président de l’Organisation indienne de recherche spatiale.

« Je ne veux pas faire partie de ce groupe, je veux les diriger. » a-t-il ajouté.

Une mission de prime importance

La mission consoliderait la place de l’Inde parmi la flotte d’explorateurs qui se dirigent vers la Lune, Mars et au-delà pour des gains scientifiques, commerciaux ou militaires.

Les gouvernements des États-Unis, de Chine, d’Inde, du Japon et de Russie sont en concurrence avec les startups et les milliardaires tels que Elon Musk et Richard Branson pour lancer des satellites, des atterrisseurs robotisés, des astronautes et des touristes dans l’espace.

« Nous sommes prêts et nous attendons. » a déclaré Sivan, un ingénieur aéronautique qui a rejoint l’ISRO en 1982. « Nous nous sommes équipés pour prendre en charge ce programme particulier. » Ce ne sera pas la première mission lunaire de l’Inde. Le vaisseau Chandrayaan-1, lancé en octobre 2008, a complété plus de 3400 orbites et éjecté pour la première fois une sonde qui a découvert des molécules d’eau sur la surface lunaire.

Les détails de la prochaine mission de l’ISRO

Le lancement prochain de Chandrayaan-2 inclut un orbiteur, un atterrisseur et un rover rectangulaire. Le véhicule à six roues, alimenté par l’énergie solaire, collectera des informations pendant au moins 14 jours et couvrira une zone de 400 mètres de rayon.

Le rover enverra des images à l’atterrisseur qui transmettra les données à l’ISRO pour analyse. L’un des principaux objectifs de Chandrayaan-2 est de rechercher des dépôts d’hélium-3. Les vents solaires ont bombardé la Lune avec d’immenses quantités d’hélium-3 parce qu’elle n’est pas protégée par un champ magnétique contrairement à la Terre.

L’accomplissement d’un tel projet changera sûrement le rapport de force mondial.

Mots-clés espacelune

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !