L’Inde veut mettre en prison les personnes enregistrant des screeners

Face à l’augmentation des piratages de films en Inde, le gouvernement a décidé de prendre les choses en main. Une mise à jour de la loi sur la cinématographie va être proposée afin de mieux lutter contre le piratage et le partage illégal des films et autres enregistrements vidéo.

Cette nouvelle loi prévoit une peine de trois ans d’emprisonnement pour les pirates, plus le paiement d’une amende maximale de 10 lakhs, soit environ 14 000 dollars.

Popcorn Time To

Ce projet de loi n’a pas encore été adopté, mais depuis le temps que les industries du cinéma locales, mais aussi américaines exigent des mesures radicales de la part des autorités indiennes, il ne serait pas étonnant de le voir rapidement mis en place.

L’eldorado du piratage de films en ligne

Vous ne le savez peut-être pas, mais il se trouve que la grande majorité des screeners qui sont partagés sur les plateformes illégales de streaming vidéo proviennent en fait de pirates indiens. Ces derniers enregistrent les films avec leur caméscope durant la projection en salle des longs-métrages pour les poster ensuite sur les sites.

Aujourd’hui, l’Inde compte près de 500 millions d’abonnés sur ce genre de sites contre seulement 5 millions d’abonnés il y a une dizaine d’années. Il s’agit d’une véritable perte pour Bollywood, mais aussi pour Hollywood ainsi que les autres industries cinématographiques.

L’industrie du cinéma fait pression

Cela fait déjà plusieurs années que la législation indienne concernant le droit d’auteur fait l’objet de nombreuses critiques et pressions de la part des principaux acteurs du cinéma, principalement Hollywood et les différentes industries locales.

« Le gouvernement indien devrait promulguer rapidement des amendements législatifs interdisant l’enregistrement non autorisé de tout ou une partie d’une œuvre audiovisuelle dans un cinéma. » a récemment martelé la Motion Picture Distributors Association.

C’est ainsi que la proposition de cette mise à jour de la loi actuelle est accueillie avec enthousiasme. « C’est un geste bienvenu. » a déclaré Uday Singh, le Directeur général de la branche indienne de la Motion Picture Distributors Association, dans un entretien télévisé. « Auparavant, nous observions beaucoup de fuites dans la chaîne d’approvisionnement dans cette région. Je pense que c’est un pas de plus vers le colmatage de cette fuite. »

Mots-clés inde