LinkedIn rachète Pulse pour 90 millions de dollars

Il semblerait que la saison des rachats ait finalement bien commencé. Après Mailbox et Summly, c’est au tour de Pulse de changer de propriétaire. LinkedIn a effectivement posé un chèque de 90 millions de dollars pour acquérir l’application et pour récupérer, au passage, ses 30 millions d’utilisateurs. Intéressant, bien sûr, d’autant plus que cette acquisition devrait finalement permettre à LinkedIn d’ajouter une nouvelle corde à son arc en se lançant sur le secteur des agrégateurs de flux RSS. Comme quoi, ces derniers ne sont peut-être pas encore morts, hein. Et il est donc peut-être préférable de ne pas croire tout ce qu’on nous dit.

Pulse, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, se présente sous la forme d’une application mobile disponible sur iOS et Android, une plateforme qui n’a finalement qu’un seul objectif, à savoir vous permettre de consulter tous vos contenus préférés depuis un seul et même outil. Tout l’intérêt de la chose étant que l’application embarque également un catalogue complet pour nous permettre de faire plus facilement notre choix.

LinkedIn rachète Pulse

LinkedIn a décidé de racheter Pulse, pour un montant évalué à 90 millions de dollars.

Toute la question est bien évidemment de savoir comment Pulse va s’inscrire dans l’offre de LinkedIn. D’après l’article publié hier soir sur le blog officiel de la firme, ce rachat devrait permettre à la firme de se positionner davantage comme une plateforme de publication, une plateforme permettant à tous les professionnels inscrits de partager rapidement de l’information avec les autres utilisateurs. Ce n’est pas forcément très clair, mais LinkedIn semble bien décidé à profiter de toute l’expertise des concepteurs de Pulse, et de l’équipe qui a travaillé sur l’application.

Selon toute vraisemblance, nous devrions donc voir apparaître très rapidement de nouvelles fonctionnalités qui seront intégrées soit à LinkedIn, soit à Pulse, soit aux deux. Et lorsque ce sera le cas, je ne manquerais évidemment pas d’en reparler. En attendant et pour en finir avec cet article, on peut préciser que le montant de cette acquisition n’émane pas d’une source officielle, et il doit donc être pris avec prudence.



Frédéric Pereira est l'auteur de cet article

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • Fermeture Alapage : encore un dinosaure du web qui disparaît

    Fermeture Alapage : encore un dinosaure du web qui disparaît

    Encore un… Après 2xmoinscher, c’est au tour du site Alapage de tirer sa révérence. Fondé dans les années 90, le site aura connu plusieurs rachats successifs – France Telecom en 1999, RueDuCommerce en 2009 – mais cela n’aura visiblement pas suffit à assurer la pérennité de la boutique. Et après un peu plus de douze années de bons et de loyaux services, l’aventure s’apprête donc à prendre fin. Oui, enfin ce n’est pas tout à fait exacte puisqu’elle va finalement continuer… mais sous une forme radicalement différente. En réalité, le groupe ne souhaite pas en rester là….

  • Facebook : des élèves exclus pour avoir insulté leurs enseignants

    Mark Zuckerberg ne fait plus partie des 10 Geeks les plus riches au monde

    Sale semaine pour Mark Zuckerberg. Entre cette histoire de clics frauduleux et le passage de l’action Facebook sous la barre symbolique des 20 $ (contre 38 $ au moment de son introduction en bourse), on peut dire que ces derniers jours n’ont pas été faciles pour lui. Oui et aujourd’hui, c’est un peu l’apothéose puisque nous venons tout juste d’apprendre que Mark ne fait plus partie des 10 Geeks les plus riches au monde. Tout ça parce qu’il a perdu quelque chose comme 423 millions de dollars en 24 heures. Ce sont des choses qui…

  • Facebook conserve (toujours) vos photos supprimées

    Facebook conserve (toujours) vos photos supprimées

    Il faut croire que Facebook n’apprendra jamais de ses erreurs. Le service est sans cesse pointé du doigt pour la manière dont il traite les données de ses utilisateurs et le réseau social se trouve même dans le collimateur de la Federal Trade Commission. Or justement, une enquête menée par nos amis de ArsTechnica a révélé que certaines photos supprimées par les utilisateurs du service sont toujours accessibles trois ans après leur suppression. Le pire, dans cette tragique histoire, c’est que cela ne date pas d’hier. Et non puisqu’on reprochait exactement la même chose à Facebook……


  • Articles Populaires -

  • Les Bons Plans -

  • Articles au hasard -