Linus Torvalds, créateur du noyau Linux, voit les réseaux sociaux comme une « maladie » et souhaite la fin de l’anonymat

Les réseaux sociaux sont souvent au cœur de la polémique. Certains services brassant des millions d’utilisateurs, comme Twitter ou Facebook, sont accusés de favoriser les comportements haineux et ne pas faire correctement le ménage pour rendre les espaces plus sûrs. Autant dire que le débat est à son plein tandis que le gouvernement actuel voudrait lever l’anonymat sur le web pour lutter contre le phénomène – une proposition jugée liberticide par de nombreux citoyens. Mais voilà : Linus Torvalds, créateur du noyau Linux, pense la même chose comme il l’explique dans une interview pour le Linux Journal.

L’homme va même jusqu’à comparer les réseaux sociaux – en prenant le soin de citer Twitter, Facebook, Instagram – à une « maladie » ou encore une « poubelle ».

instagram

Crédits Pixabay

Autant dire que cette interview de Linus Torvalds risque de raviver le débat sur les réseaux sociaux et la fin de l’anonymat sur le web.

Linus Torvalds juge les réseaux sociaux comme dangereux et souhaite lever l’anonymat sur la toile

Le créateur du noyau Linux n’est pas fans de l’anonymat sur le web – tout comme notre gouvernement actuel.

Pour l’homme, les réseaux sociaux servent à déverser de la haine comparée à une « poubelle », en restant cachés derrière un pseudo. Ce dernier explique que les services reposant sur le « Like » et le partage sont stupides, que la qualité n’y est pas contrôlée pour « créer une réaction émotionnelle, souvent de l’indignation morale ».

Linus Torvalds va encore plus loin pour diffuser son idée de la fin de l’anonymat sur le web. Pour lui, les internautes confondraient « anonymat et confidentialité » en pensant que les deux sont liés. L’homme va même jusqu’à affirmer que l’anonymat n’est bon qu’en cas de dénonciation et que la présence d’un pseudo ne « prouve pas une identité » et délivre forcément un discours « insensé sur une plate-forme de réseau social qui ne devrait être visible ».