L’inventeur d’une cryptomonnaie axée sur le porno en ligne a disparu avec l’argent de ses investisseurs

Jonathan Lucas a fait beaucoup parler de lui l’année dernière en lançant une cryptomonnaie conçue pour favoriser les transactions financières autour du porno en ligne. Quelques mois plus tard, l’homme est accusé d’avoir disparu avec l’argent de ses investisseurs.

Cela n’aura sans doute échappé à personne, mais les cryptomonnaies ont le vent en poupe depuis quelques semaines. Le Bitcoin a en effet connu une ascension fulgurante depuis le mois  de mars dernier et il en va de même pour l’Ethereum et la plupart des altcoins.

Facepalm

Flairant le bon coup, un homme a eu l’idée de lancer une nouvelle monnaie adaptée aux transactions effectuées sur les sites pour adultes.

Le FMtokens, vraie cryptomonnaie ou arnaque montée de toute pièce ?

Le FMtokens, c’est le nom de cette cryptomonnaie, avait principalement pour but de se substituer aux moyens de paiement traditionnels afin d’offrir davantage d’anonymat aux consommateurs de ces contenus.

Jonathan Lucas avait notamment l’intention de nouer des partenariats avec plusieurs figures emblématiques du marché de la sexcam.

L’initiative n’est pas passée inaperçue et la monnaie a ainsi profité d’une couverture médiatique importante dans les semaines suivant l’annonce. Lucas a publié dans la foulée son plan d’investissement, un plan visant à amasser pas moins de vingt-cinq millions de dollars en Ethereum.

Plusieurs investisseurs ont naturellement répondu présents. L’homme n’a pas donné de chiffres exacts, mais il avait annoncé avoir levé deux millions de dollars en novembre dernier à l’occasion d’une entrevue menée par un confrère… et 4,4 millions lors d’une conversation privée survenue quelques semaines plus tard.

Des investisseurs mécontents

Le FMtokens semblait donc promis à un bel avenir, mais la situation a pris une toute nouvelle tournure la semaine dernière lorsque quatre investisseurs ont annoncé avoir perdu tout contact avec Lucas.

Ces lignes doivent être prises avec prudence, mais ces quatre investisseurs auraient cherché à contacter l’homme afin d’obtenir un remboursement des sommes investies. Ils se seraient alors heurtés à un mur et Lucas aurait fini par rompre tout contact avec eux.

En creusant, le New York Post a réalisé que ces quatre investisseurs n’étaient pas les seuls à avoir demandé un remboursement. Un autre investisseur en aurait fait autant en début d’année et il aurait pour sa part obtenu un remboursement. Du moins en partie. D’après lui, l’entreprise de Lucas l’aurait remboursé sans prendre en compte la hausse de la valeur de l’Ethereum. La monnaie a en effet connu une belle progression ces dernières semaines, mais Lucas n’en aurait pas tenu compte.

Le créateur de la monnaie s’est refusé à faire un commentaire.