L’iPhone 8 serait bien fait de verre et de métal selon Bloomberg

Apple devrait lancer pas moins de trois nouveaux terminaux à la rentrée prochaine. L’iPhone 8 serait l’un d’entre eux et il risque de marquer une véritable rupture dans l’histoire de la gamme, avec un design remanié et des fonctions inédites. Bloomberg a contacté ses sources pour en apprendre un peu plus sur son compte et l’initiative a été payante.

D’après nos confrères, la firme américaine serait en effet en train de tester plusieurs variantes différentes.

iPhone 8

L’une d’elles, notamment, serait pourvue d’un beau boîtier en verre et d’un châssis en acier renforcé, avec un écran OLED s’étendant sur toute la surface de l’appareil.

L’iPhone 8 devrait ressembler à l’iPhone 4

Bloomberg ne donne pas de détails techniques dans son article, mais les observateurs s’attendent à ce que le téléphone soit équipé d’un écran doté d’une diagonale proche des 5,8 pouces.

Toutefois, malgré la taille de sa dalle, l’appareil devrait être assez compact et afficher ainsi des dimensions proches de celles de l’iPhone 7. Apple aurait en effet rogné sur les bordures entourant l’écran afin de gagner le plus d’espace possible, un point confirmé une nouvelle fois par les sources de nos confrères américains.

Ces derniers n’en restent d’ailleurs pas là. D’après leurs sources, Apple aurait en effet l’intention de troquer le lecteur Touch ID au profit d’un bouton virtuel intégré à la dalle.

La firme aurait en outre testé plusieurs variantes différentes. Le tout dernier prototype se composerait de deux plaques en verre maintenues par un châssis métallique aux bordures plates. Il se rapprocherait donc beaucoup de l’iPhone 4 et il est évidemment très difficile de ne pas penser aux schémas partagés par Macotakara ce matin en écrivant ces quelques lignes.

Plusieurs prototypes auraient été testés

En parallèle, Apple aurait également testé un second prototype se rapprochant davantage du modèle original, un prototype équipé cette fois d’un boîtier mélangeant le verre à l’acier, avec des plaques bombées de chaque côté. Toutefois, l’entreprise n’aurait pas retenu cette solution en raison d’un problème de production sur les plaques en verre.

Bloomberg a également appris par ses sources que le constructeur aurait tenté d’intégrer son scanner d’empreintes à la dalle OLED de son appareil, mais nos confrères ne savent pas si les tests menés par ses ingénieurs ont porté leur fruit. En conséquence, ils ignorent si le modèle final jouera lui aussi cette carte ou s’il héritera d’un lecteur d’empreintes physique.