L’ISS a un problème de bactéries

Les scientifiques ont révélé que de nombreuses bactéries prolifèrent à l’intérieur de la Station Spatiale Internationale. Pendant quatorze mois, ils ont collecté des échantillons pour étudier ces micro-organismes afin de développer des mesures de sécurité. Les résultats ont démontré qu’il s’agit de microbes liés aux êtres humains, tels que le Staphylococcus aureus et l’Entérobactérie. Ceux-ci sévissent dans des environnements clos où ont lieu des activités humaines.

Un rapport complet sur le développement des bactéries dans l’espace a été publié par la NASA dans la revue Microbiome. Si l’on en croit le document, près de cent trente-trois populations de bactéries pathogènes se reproduisent au sein de la Station. Quatre-vingt-un sont des espèces de champignons.

Bactérie ISS

En effet, la station n’est pas très propre. Depuis 1998, deux cent trente personnes issues de dix-huit pays différents ont occupé la plateforme spatiale de manière continue. Par ailleurs, les astronautes auraient pu en apporter à bord de leur vaisseau lors de leur séjour dans l’espace.

Des microbes potentiellement dangereux

Dans l’ensemble, ces micro-organismes sont inoffensifs. En revanche, il y en a qui appartiennent à la famille des staphylocoques, des protéobactéries Pantoea et des bacilles. Ces dernières sont des germes capables d’infecter l’être humain. En outre, elles pourraient endommager les matériels et l’infrastructure par corrosion.

« Il a été démontré que ces microbes spécifiques ont un impact sur la santé humaine. C’est important de le savoir, car les astronautes, pendant les vols spatiaux, ont une immunité altérée et n’ont pas accès aux interventions médicales sophistiquées disponibles sur Terre », a expliqué le Dr Kasthuri Venkateswaran, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Leur présence à bord est préoccupante même si, pour le moment, les astronautes n’encourent aucun risque de maladie. L’évaluation de l’impact d’une contamination est encore difficile. Toutefois, la prolifération des bactéries pathogènes dans un endroit fermé reste dangereuse.

« On ne sait pas si ces bactéries opportunistes pourraient causer des maladies chez les astronautes de l’ISS. Cela dépend d’un certain nombre de facteurs, notamment de l’état de santé de chaque individu », a déclaré Aleksandra Cecinska Sielaff, coauteure de l’étude.

Les résultats d’autres études seront bientôt disponibles

« Compte tenu de la délicatesse des missions spatiales, il est crucial d’identifier les bactéries qui s’accumulent dans ces endroits, leur durée de vie ainsi que leur impact sur la santé humaine, l’infrastructure et les engins spatiaux », a déclaré le Dr Venkateswaran.

Les résultats d’autres études, plus approfondies, seront bientôt disponibles. Ils pourraient permettre d’en savoir plus sur l’évolution de ces microbes. Leur prise en considération peut être nécessaire pour mener à bien les prochains voyages de longue durée.

Mots-clés iss