L’ISS est désormais un kilomètre plus haut

L’ISS est désormais un peu plus haute qu’à l’accoutumée. Le centre russe de contrôle des vols a en effet décidé de relever l’orbite de la station spatiale d’un kilomètre afin de préparer l’arrimage du cargo Soyouz MS 04. Thomas Pesquet et ses collègues se trouvent donc à présent à environ 404,5 km au-dessus de nos têtes. Et non, ce n’est pas la porte à côté.

Beaucoup de gens pensent le contraire, mais l’orbite de la station n’est pas fixe. Elle est en effet placée sur une orbite elliptique.

Orbite ISS

L’orbite de l’ISS a été relevée d’un kilomètre.

Du coup, l’altitude de la station est elle aussi variable et elle est généralement comprise entre 330 et 420 kilomètres.

L’ISS n’est pas située à une altitude fixe

Le relèvement de l’altitude de l’ISS peut se faire de différentes manières. La plupart du temps, ce sont en effet les différents vaisseaux accostant à la station qui sont chargés de ce rôle, mais la belle peut aussi compter sur les moteurs du module russe Zvezda pour prendre un peu de hauteur.

Plus tôt dans la semaine, un représentant du centre russe de contrôle de vols a annoncé avoir relevé l’orbite de la station d’un kilomètre afin de préparer l’arrimage du cargo spatial habité Soyouz MS-04, un cargo dont l’arrivée est prévue pour le 20 avril prochain, soit dans un peu plus d’un mois et demi.

Le centre a donc activé les moteurs du module Zvezda pendant 41 secondes afin d’offrir à l’ISS une impulsion de 1 m/s. La station et ses habitants se trouvent donc désormais à 404,5 kilomètres au-dessus de nos têtes.

1 kilomètre de plus pour la station

Le MS-04 comptera seulement deux membres d’équipage à son bord, à savoir le commandant russe Fyodor Yurchikhin et l’ingénieur de vol américain Jack D. Fisher. Ils passeront tous les deux cinq mois à bord de la station. Pour l’heure, les agences spatiales russes et américaines n’ont pas communiqué sur leurs missions ni même sur leurs objectifs.

Il faut tout de même signaler que les agences procèdent très souvent au relèvement de l’altitude de la station. La dernière opération du genre s’est déroulée en septembre 2016.

Toutefois, ces actions ne fonctionnent pas toujours. En 2006, par exemple, l’opération a échoué. Progress M-58 était effectivement censé faire gagner 7,3 kilomètres d’altitude à l’ISS afin d’accorder son orbite à celle de la navette Discovery, mais la poussée s’était interrompue trop tôt en raison d’un déséquilibre au niveau de l’axe de la poussée. Il avait fallu une seconde tentative pour que tout rentre dans l’ordre.

Cette fois, en revanche, tout s’est très bien passé.

Mots-clés espaceiss