L’ISS va recevoir une cargaison de microbes issus de Tchernobyl

L’ISS mène de nombreuses expériences portant sur pas mal de domaines scientifiques différents. Les astronautes présents à son bord vont conduire prochainement une série d’expérimentations incluant de multiples micro-organismes. Certains d’entre eux ont été récoltés à Tchernobyl.

Tous ces micro-organismes ont été chargés dans le dernier vaisseau-cargo Dragon affrété par SpaceX. Un vaisseau qui a décollé de Cap Canaveral au début de la semaine avec à son bord un peu plus de 2,2 tonnes de fret.

ISS Tchernobyl

L’ISS va travailler sur des micro-organismes venant de Tchernobyl.

Parmi ces marchandises, on trouve pas mal de matériel mais également 580 kilos d’échantillons venant des quatre coins du monde.

L’ISS va mener des expériences avec des micro-organismes récoltés à Tchernobyl

La NASA a en effet demandé aux astronautes présents à bord de la station spatiale internationale de conduire une série d’expériences afin de déterminer l’influence de la microgravité sur les micro-organismes de notre planète.

Pourquoi avoir sélectionné des micro-organismes venant de Tchernobyl ? Tout simplement parce que ces derniers ont subi d’importantes mutations provoquées par la célèbre catastrophe.

En attendant, le cargo de SpaceX contient aussi des provisions pour l’équipage et un séquenceur ADN. Il s’agit du tout premier modèle du genre et il permettra aux astronautes d’identifier plus facilement des microbes mais également d’évaluer leur état de santé.

Dans les soutes du vaisseau se trouve en plus deux adaptateurs à monter sur l’ISS, des adaptateurs conçus pour permettre aux futurs vaisseaux de SpaceX et de Boeing de s’amarrer à la station.

Il faut également savoir que SpaceX a réussi une nouvelle fois à récupérer le premier étage de sa fusée. Il s’est séparé du reste de la structure six minutes après le décollage et il a atterri en douceur à environ trois kilomètres du pas de tir de Cap Canaveral.

SpaceX est parvenu à récupérer le premier étape de sa fusée

Ce n’est évidemment pas la première fois que l’entreprise d’Elon Musk réussit une telle prouesse mais la dernière tentative s’était malheureusement soldée par un échec cuisant.

Si SpaceX travaille sur des lanceurs réutilisables, ce n’est pas uniquement pour la beauté du geste. En réalité, l’entreprise espère réduire les coûts de lancement afin de pouvoir organiser plus de missions à l’avenir.

Notez pour finir que l’entreprise travaille depuis plusieurs années avec la NASA. En réalité, cette mission d’approvisionnement est la neuvième du genre, sur les vingt prévues par le contrat passé avec l’agence spatiale américaine. Un contrat dont le montant atteint 1,6 milliard de dollars.

En attendant, ce vaisseau va mettre environ deux jours à atteindre l’ISS. L’amarrage est en effet prévu pour le 20 juillet et donc pour mercredi prochain.

Mots-clés isstchernobyl