L’Italie reprend les recherches dans la tombe de Toutankhamon

En 2016, des archéologues ont effectué les premières analyses thermiques et des examens radar à pénétration de sol sur la tombe de Toutankhamon. Les recherches ont d’abord été menées par le spécialiste japonais Hirokatsu Watanabe, puis relayées par une équipe américaine de la National Geographic Society. Les résultats ont été contradictoires. Aux dernières nouvelles, c’est l’Italie qui vient de reprendre les recherches.

D’après une dépêche provenant de l’agence de presse italienne Ansa, les explorations ont commencé le 31 janvier 2018 et ont pris fin le 6 février 2018. L’objectif de cette expédition a été de vérifier si « des espaces vides ou des couloirs dissimulés se trouvent derrière les murs de la chambre funéraire de Toutankhamon ».

Tombe Toutakhamon

Les recherches ont été menées par une équipe de l’Ecole Polytechnique de Turin. Les chercheurs ont obtenu l’autorisation du gouvernement égyptien pour inspecter le tombeau du jeune pharaon situé dans la vallée des rois, à Louxor, en Égypte.

La présence de cavités suspectes

L’expédition a été dirigée par Franco Porcelli, professeur de physique au département des sciences appliquées et de technologie de l’Université polytechnique de Turin. Son équipe a collaboré avec « deux entreprises italiennes privées, 3D Geoimaging et Geostudi Astier, ainsi que Terravision, en Grande-Bretagne, et des spécialistes égyptiens du Centre d’Archéologie du Caire ».

Franco Porcelli a déjà effectué des examens sur l’hypogée baptisée « KV 62 » où se situe la chambre funéraire royale. À l’extérieur du tombeau, à quelques mètres, il a remarqué la présence de cavités suspectes. Cela ne confirme encore rien puisque le site est déjà criblé de fissures naturelles.

Des technologies radar de nouvelle génération

Cette fois-ci, les chercheurs ont utilisé des technologies radar de nouvelle génération. Celles-ci apporteraient des résultats fiables à 99%.

L’hypothèse controversée est celle émise par l’égyptologue britannique Nicholas Reeves. Il pense qu’il pourrait y avoir une autre sépulture royale au même endroit. Il serait possible que ce soit celle de la reine Néfertiti, l’épouse d’Akhenaton, père de Toutankhamon.

Cette théorie a déjà été mise à l’épreuve par l’expert japonais et le géophysicien Dean Goodman, mais ils n’ont rien trouvé. « S’il existait une cavité, une forte réflexion serait à constater », ont-ils expliqué au magazine National Geographic.

Pour rappel, Toutankhamon était le souverain de la XVIIIe dynastie. Sa tombe a été découverte en 1922.