Clicky

Loppsi 2 : Hadopi n’était que le début !

Décidément, tout va mal. Le gouvernement français semble bien décidé à mettre la main sur nos données personnelles et à restreindre nos libertés. Après la très controversée loi Hadopi, que tout le monde doit normalement connaître aujourd’hui, un tout nouveau projet semble sur le point de faire son apparition. Même qu’il s’appelle Loppsi 2 et qu’il risque d’avoir de très graves conséquences.

Loppsi 2 : Hadopi n'était que le début

Le projet Loppsi 2 est tout droit issu du cerveau malade de notre président. Associé à la Dadvsi et à l’Hadopi, elle formera la clef de voûte du plan de sécurité anti-cybercriminalité imaginé par notre gouvernement. Un plan très inquiétant, une porte ouverte à toutes les pires dérives que l’on peut imaginer et qu’il convient de dévoiler et d’examiner en profondeur.

Le projet Loppsi 2 reposera sur les mouchards électroniques. Concrètement, l’État n’aura plus besoin de passer par les autorités compétentes pour lancer ses mouchards sur le réseau et cela signifie simplement que les chevaux de troie gouvernementaux seront… heu… légalisés. Alors pour ceux qui n’y connaissent pas grand chose, les chevaux de troie ne sont pas du tout sympathiques. Leur objectif, c’est simplement d’ouvrir une « porte » sur les machines vérolées et de permettre à un tiers (normalement, il s’agit d’un vilain pirate) de fouiner dans toutes nos données.

Pour simplifier les choses, le projet Loppsi 2 permettra de surveiller tout ce qui se passe sur des ordinateurs et donc tout ce que vous faites de votre machine. Point positif, comme les développeurs du gouvernement (traîtres) seront sans doute incapables de coder un mouchard pour Linux (voir peut-être même pour Mac), le marché du libre (ou de la Pomme) risque de se développer considérablement.

Le plus drôle, bien entendu, c’est que le projet Loppsi 2 prévoie également la constitution d’un grand grand fichier de données. Il s’appellera Périclès et son rôle sera simplement de stocker des informations liées à votre vie. Le tout sera géré automatiquement et vos données seront stockées et analysées sans que vous n’en ayez conscience. On trouvera donc un peu de tout, de votre numéro de sécurité sociale à vos penchants les plus pervers.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, il serait aussi question d’un système de filtrage du web. Le Ministère de l’Intérieur pourra ainsi fournir aux FAI une liste de sites interdits. Un peu comme chez nos amis les chinois, même s’il n’est pas (encore) question d’interdire les sites des opposants. En même temps, même si c’était le cas, ils n’auraient pas beaucoup de boulot. Entre le PC (disparu) et le PS (en proie à des luttes intestines), on ne peut pas dire que l’opposition soit très vive. Non, pour le moment, il est juste question de « protéger » les internautes. Comme d’habitude, on table encore sur la peur pour faire passer des projets de loi complètement stupides, inadmissibles et dangereux.

Finalement, la loi Hadopi n’était que le début. Et pour la suite, on peut imaginer le pire. Pour l’instant, on cherche à contrôler le web et ensuite, ce sera au tour des conversations téléphoniques. Oui, comme aux Etats-Unis, mais en pire.

Et si vous avez envie d’en savoir plus, je vous invite à lire l’article du Monde, de Zdnet, de Numérama et de Libération. Certes, ça fait de la lecture mais comme vous faites certainement le pont, vous avez plein de temps de libre devant vous.

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.