L’organisation interne d’Oculus revue et corrigée par Facebook

Facebook façonne peu à peu Oculus à sa guise. À peine une semaine après le départ volontaire de Brendan Iribe, le cofondateur d’Oculus, la firme de Mark Zuckerberg entreprenait une vaste opération de restructuration de sa filiale, nous apprend TechCrunch. Oculus change d’organisation interne en vue de gagner en efficacité, l’objectif à long terme étant de faire de la réalité virtuelle une technologie grand public. Une stratégie vivement critiquée par Palmer Luckey (l’autre cofondateur d’Oculus, plus ou moins mis à la porte en mars 2017), dans un post publié la semaine dernière sur son blog personnel.

Cette restructuration d’Oculus récemment opérée par Facebook n’a toutefois conduit à aucune suppression de poste, précise TechCrunch, qui a obtenu confirmation de ces changements internes après avoir contacté un porte-parole de Facebook.

Quelques jours seulement après le départ de Brendan Iribe, le cofondateur d’Oculus, Facebook se livrait à une restructuration complète de sa filiale dédiée à la réalité virtuelle. L’objectif de cette réorganisation interne ? Rendre la VR viable.

« Nous avons procédé à quelques changements au sein de l’organisation des services AR/VR « , a expliqué l’intéressé. « Il s’agit de changements internes qui n’auront pas d’impact pour nos clients ou nos partenaires dans la communauté des développeurs« . Et pour cause, les principaux dirigeants d’Oculus ne bougent pas d’un iota. John Carmack (directeur technique) et Nate Mitchell (récemment bombardé directeur de la VR sur PC) restent ainsi à leurs postes respectifs au sein de la division Hardware d’Oculus, chapeautée par Andrew ‘Boz’ Bosworth.

Une organisation interne simplifiée, défragmentée, en vue de rendre Oculus plus efficace

Concrètement, les changements apportés par Facebook dans la structure interne de sa filiale tendent à éliminer les phénomènes de redondances d’un service à l’autre. Jusqu’à présent, Oculus était organisé en divisions relatives aux différents produits commercialisés (Oculus Rift, Go, Quest…), on apprend que la marque sera désormais structurée autour de divisions basées, cette fois, sur les domaines d’expertise et les différentes technologies employés dans l’entreprise.

L’idée est d’unir les spécialistes au sein d’unités consacrées à certaines disciplines, plutôt que de les disperser sur différentes branches de la société dédiées à des appareils en particulier. Facebook espère ainsi favoriser l’émulation au sein des équipes d’Oculus.

À court terme, l’objectif de cette restructuration est notamment d’accoucher d’une nouvelle version de l’Oculus Rift, le casque flagship de l’entreprise destiné au monde PC. Ce Rift V2, qui pourrait répondre au nom de « Rift S » selon TechCrunch, serait attendu dès 2019. Il s’agirait d’une mise à jour modeste du Rift actuel, disposant d’un meilleur affichage et d’un système de suivi des mouvements amélioré. Le projet d’Oculus Rift 2, nom de code Caspar, aurait pour sa part été mis de côté suite à cette restructuration explique le média américain, qui tient l’info d’une source proche du dossier.

Reste à savoir si le Rift S, s’approchera – ou non – du prototype qu’Oculus avait dévoilé au printemps. Ce dernier profitait notamment d’un FOV élargi et d’un système de lentilles articulées surnommé « Varifocal », permettant d’ajuster automatiquement la proximité des lentilles du dispositif vis-à-vis des yeux de l’utilisateur.