Clicky

L’Univers pourrait finir sur une simple collision avec une bulle de néant

En théorie, tout ce qu’il faudrait pour provoquer la fin du monde est une particule fondamentale nommée « boson de Higgs ». Instable, elle va libérer une énorme bulle d’énergie qui engloutira tout sur son passage, ne laissant qu’un vide sombre et infini.

Dans une nouvelle étude réalisée par Harvard, les physiciens suggèrent que la fin de notre univers sera provoquée par une explosion soudaine et non une lente disparition.

Les ondes de choc perturberaient gravement la physique, la chimie et la vie telle que nous la connaissons. Les scientifiques disent que la perturbation ne pourra avoir lieu que dans très longtemps. Ils ont estimé la date d’expiration de notre univers en fonction de sa taille et de la vitesse de destruction.

Ils ont cependant adressé une note alarmante qui affirme que le processus aurait peut-être déjà commencé.

Le début de la fin

Pour l’instant, il n’y a aucun moyen de savoir si le boson de Higgs est perturbé parce que l’univers est infiniment grand et la localisation de la particule en soi n’est pas encore connue. La fin progressive de l’univers est prédite par le Modèle Standard de la physique des particules.

Cela théorise que l’énergie sombre est le moteur de l’expansion de l’univers qui continuera jusqu’à ce que tout se transforme en un abîme froid et sans relief. La nouvelle étude, publiée dans la revue Physical Review D, reprend cette idée en disant que la mort de l’univers sera instantanée plutôt que progressive. Tout se résumera alors au boson de Higgs, la particule qui donne à toute matière sa masse.

Le boson de Higgs, qu’est-ce que c’est ?

En 2012, des chercheurs du Large Hadron Collider ont annoncé qu’ils avaient découvert le boson de Higgs, également connu sous le nom de « particule de Dieu ». La masse de la particule est théoriquement de 125 gigaélectronvolts, une mesure de l’énergie utilisée dans la physique des accélérateurs de particules.

Les experts affirment que la masse actuelle du boson de Higgs pourrait un jour changer. Si cela se produisait, ça pourrait détruire tous les éléments qui rendent la vie dans notre univers possible. Ce changement de la masse de la particule de Dieu pourrait créer une bulle d’énergie négative en constante expansion qui engloutirait tout notre univers.

Cette théorie sur la fin de l’univers n’est pas cependant une première. Stephen Hawking et le physicien Joseph Lykken ont déjà parlé de la théorie du Doomsday.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !