Lyft et Uber en mauvaise position vis-à-vis des investisseurs

Lyft et Uber sont des entreprises de mise en contact d’utilisateurs avec des conducteurs dans le domaine du transport. Les deux concurrents sont principalement basés à San Francisco et sont surtout connus pour leur service de chauffeur privé à la demande.

Pour Uber, l’application a été lancée pour la première fois à San Francisco en 2010 pour ensuite s’étendre dans plusieurs autres villes du globe.

Uber Viol

Crédits Pixabay

Avec les préoccupations actuelles sur les questions environnementales, les investisseurs hésitent à placer leurs capitaux chez les deux entreprises. Les conséquences que Lyft et Uber pourraient avoir sur le climat sont en effet très inquiétantes. Ce qui fait d’elles les deux offres publiques les plus surveillées de cette année.

La négociation pour la vente de parts dans Lyft a commencé le 29 mars 2019 dernier tandis que celle d’Uber sera lancée ce mois-ci.

Pourquoi les investisseurs hésitent à investir dans Lyft et Uber ?

Les investisseurs tiennent compte des questions du respect de l’environnement avant de prendre des décisions.

Pour le directeur d’Azzad Asset Management, Joshua Brockwell, la volonté de réduction du nombre de voitures par les deux entreprises n’est pas une solution écologique. Selon ses dires, ce sont le nombre de kilomètres parcourus et la quantité de carbone émise qui comptent.

Les méthodes utilisées par Lyft et Uber pour augmenter leur clientèle sont aussi désapprouvées par certains, car considérées comme néfastes pour l’environnement. D’après Murray Rosenblith, gestionnaire de portefeuille au sein du New Alternatives Fund, Lyft et Uber utilisent plus de voitures dans les zones encombrées. Ils poussent ainsi les entreprises à ne pas utiliser le transport en commun, en profit de leurs voitures privées, ce qui n’est pas du tout conforme à l’éthique de New Alternatives, qui vise à faire des investissements responsables en créant un climat social favorable.

Les efforts de Lyft et Uber pour l’environnement

Afin de persuader les investisseurs et d’améliorer leur image auprès de ces derniers, les deux entreprises ont pris certaines mesures. Par exemple, pour éviter la congestion, Lyft a investi dans les moyens de transport à deux roues tels que les vélos et les scooters. L’heure d’arrivée des bus est aussi désormais visible sur son application pour smartphone. De plus, l’entreprise a payé plusieurs millions de dollars en 2018 pour la compensation carbone.

L’entreprise Uber a aussi pris ses engagements concernant les moyens de transport plus écologiques, dont les bicyclettes et les scooters. Le directeur général de l’entreprise Dara Khosrowshahi a déclaré en septembre 2018 qu’ils allaient investir 10 millions de dollars pour accélérer le trafic en tarifiant la congestion. Lyft et Uber pourraient aussi apporter leur aide aux conducteurs pour que ceux-ci puissent acheter des voitures électriques.

En tout cas avec les exigences des investisseurs sur les questions environnementales, Lyft et Uber ne peuvent qu’améliorer leur service. Mais quelles en seront les répercussions vis-à-vis des utilisateurs ?

Mots-clés lyftuber