Clicky

MacBook Pro 2018 : voici pourquoi son clavier est moins fragile

Heureusement qu’iFixit est là pour exhiber au grand jour tous les petits secrets d’assemblage et de conception de nos appareils préférés. Dernier terminal à être passé entre les mains expertes de ces maniaques du démontage, le tout dernier MacBook Pro d’Apple… et notamment son nouveau clavier, qui a bénéficié d’une attention toute particulière de la part du site américain, spécialisé dans les tutos de désassemblage et la vente de pièces détachées.

Les techniciens du site ont ainsi découvert quelle était la solution miracle qu’Apple a trouvée aux problèmes bien connus de ses touches papillon : d’une part le bruit qu’elles avaient tendance à émettre, de l’autre leur vulnérabilité aux corps étrangers (miettes, poussière, sable…). Et le moins que l’on puisse dire c’est que la firme à la pomme ne s’est pas trop cassé la tête.

Comment Apple a-t-il réussi à rendre les claviers de ses nouveaux MacBook Pro moins fragiles ? La réponse se trouve du côté de chez iFixit, qui a démonté l’appareil.

À la vue du démontage opéré par les équipes d’iFixit, on constate en effet que le seul ajout notable au clavier qui existait jusque là se résume à l’apparition d’une fine membrane de silicone. Cette dernière permet d’amortir la frappe et donc de rendre le clavier (un peu) plus silencieux, mais aussi – et surtout – de le rendre moins perméable aux petites crasses du quotidien.

Un clavier papillon 2.0 qu’Apple avait en tête depuis 2016

Nous vous en parlions en mars dernier, des brevets déposés par Apple dès 2016 laissaient explicitement entendre que le constructeur planchait depuis longtemps sur la création d’un clavier papillon amélioré et débarrassé de ses défauts les plus marquants.

Inutile de préciser que la firme de Cupertino était donc parfaitement au courant des faiblesses de son clavier lorsque des utilisateurs se plaignaient de défaillances notables (clavier qui devient subitement inopérant ou qui répète à l’infini une même lettre sans raison apparente), et que certains d’entre eux se voyaient contraints de faire réparer – souvent à leurs frais – leur Mac suite à des pannes générées par une conception grandement perfectible.

Notons toutefois qu’Apple est tout de même sorti – tardivement – de sa torpeur (ou de sa mauvaise foi ?), et que les claviers papillon défectueux sont désormais pris en charge par la firme. Un comble qu’il ait fallu attendre plus de deux ans pour le géant californien accepte de prendre ses responsabilités cette affaire.

Reste maintenant à savoir si l’ajout d’une membrane en silicone suffira à corriger le problème sur ces claviers nouvelle génération… Dans le cas contraire, Apple devrait alors entièrement revoir sa copie en la matière.

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.