Mais où est donc passé le méthane de Mars ?

Mars fascine, Mars passionne et de nombreux chercheurs passent ainsi le plus clair de leur temps à étudier la planète rouge sous tous les angles. Avec de nombreuses découvertes inédites à la clé.

Récemment, la NASA a ainsi révélé la présence de méthane présent dans l’atmosphère de la planète. Une information qui a été confirmée plus tard par l’ESA et donc par l’agence spatiale européenne. Mais voilà, entre temps, des chercheurs ont voulu étudier TGO pour analyser ce méthane et ils ont alors réalisé… qu’il avait disparu.

En 2018, quelques semaines avant les vacances d’été, la NASA a organisé une conférence de presse afin de partager ses dernières découvertes.

Mars

La NASA a alors révélé l’existence de molécules de méthane dans l’atmosphère martienne, des molécules découvertes par Curiosity, l’un des rovers arpentant inlassablement la surface de Mars.

Mars et le méthane, une histoire pleine de rebondissements

Plus de six mois plus tard, l’ESA en est venue aux mêmes conclusions en se basant cette fois sur les relevés effectués par Mars Express, une sonde présente dans l’orbite de la planète depuis 2003. L’analyse des données collectées par ses capteurs a une fois de plus révélé que l’atmosphère de Mars contenait des molécules de méthane.

Manish Patel a donc entrepris avec son équipe de pousser un peu plus loin les investigations en la matière. Pour ce faire, le chercheur a choisi de s’appuyer sur les capteurs de TGO.

ExoMars Trace Gas Orbiter, c’est son nom complet, est en réalité une sonde développée par l’agence spatiale européenne. Elle a été placée dans l’orbite de Mars le 19 octobre 2016 et elle a principalement pour but d’étudier les gaz présents dans son atmosphère.

Le méthane en fait bien entendu partie et la sonde avait justement pour objectif de déterminer si ce dernier pouvait être d’origine biologique.

Le méthane présent dans l’atmosphère martienne a disparu

Manish Patel a donc examiné les relevés de la sonde et il a alors eu la surprise de découvrir… l’absence de toute trace de méthane dans l’atmosphère martienne : « Les mesures que nous avons effectuées sont très surprenantes. Le méthane précédemment détecté par les télescopes au sol, Mars Express et Curiosity semble avoir disparu ».

La NASA et l’ESA seraient-elles dans l’erreur ? Pas forcément. En réalité, pour le chercheur, l’absence de trace de méthane pourrait s’expliquer par le fait qu’il existe un mécanisme complexe dans l’atmosphère martienne, un mécanisme capable d’éliminer très rapidement le méthane.

Pour lui, il est donc nécessaire de poursuivre les analyses et de continuer à étudier Mars. Ces données contradictoires prouvent en effet que nous sommes encore loin de tout connaître de la planète rouge.

À titre de rappel, pour le moment, personne n’a réussi à déterminer l’origine du méthane relevé par nos instruments.

Ce dernier pourrait en effet être d’origine biologique, mais il y a aussi des chances qu’il soit de nature géologique. La théorie la plus logique voudrait que de vastes poches de méthanes soient emprisonnées dans les étendues de glace situées dans le sous-sol martien. Il suffirait alors que cette glace fonde en partie pour que le méthane soit relâché dans l’atmosphère.

Mots-clés mars