Maladie d’Alzheimer, un nouveau moyen pour diagnostiquer en temps la maladie

Il est actuellement possible de détecter à l’avance la maladie d’Alzheimer. Des chercheurs du Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles, aux États unis ont mené une étude à l’issue de laquelle ils ont conclu que la rétine était révélatrice des prémices de la maladie. En France, l’Alzheimer touche près de neuf cent mille personnes et les traitements pour atténuer les effets de la maladie ou la guérir ne sont pas encore disponibles à l’heure actuelle.

Si le dicton « les yeux sont les fenêtres de l’âme » est bien connu, il apparaîtrait aujourd’hui qu’ils sont aussi une fenêtre du cerveau. Si la véracité de cette étude est établie, les médecins pourront ainsi détecter précocement les signes de la maladie en analysant la rétine des patients.

Lentille Google

Dans les faits, l’étude a été menée suivant l’idée que les plaques amyloïdes apparaissent d’abord dans le fond de l’œil avant de se regrouper dans le cerveau humain.

Accumulation de plaques amyloïdes, les premiers signes

Les plaques amyloïdes sont des agrégats de protéines cérébrales. On les surnomme également Bêta-amyloïdes. On trouve ces plaques principalement dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Six ans plus tôt, en l’année 2011, des chercheurs du Cedars-Sinai Medical Center ont démontré ce phénomène dans la rétine de souris atteintes de la maladie.

Plus tard, ils ont démontré ce même fait dans les rétines de cadavres humaines. Cette fois-ci, pour mener leur étude, ces scientifiques ont analysé dix personnes diagnostiquées. Après leur avoir administré de la curcumine, une substance fluorescente, ils ont observé la rétine de leurs yeux via un appareil appelé rétinographe.

Des expérimentations concluantes

L’objectif était de trouver des points fluorescents à travers l’appareil. Le résultat démontra que les dix patients examinés avaient des plaques amyloïdes quatre fois plus importantes que la normale.

Pour s’assurer de leur résultat, un même analysé a été effectué sur plus de vingt personnes mortes comparées avec quatorze individus en bonne santé. Le résultat a été similaire. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer présentent une quantité plus conséquente de plaques amyloïdes dans leur rétine.

Cette méthode s’avère aussi moins coûteuse et non invasive dans le dépistage de la maladie d’Alzheimer.

Mots-clés médecinesanté