Mars : le mystère de l’origine des deux lunes de la planète enfin élucidé

Mars s’accompagne à l’heure actuelle de deux satellites naturels : Phobos et Deimos. Pendant très longtemps, les astronomes ont pensé qu’ils étaient des astéroïdes capturés par la planète rouge. Toutefois, cette thèse était loin de faire l’unanimité auprès des chercheurs et c’est précisément ce qui a poussé le CNRS à ouvrir une enquête et à lancer une nouvelle étude portant sur ces deux lunes. Le centre vient de rendre ses conclusions, elles sont édifiantes.

Photos, ou Mars I pour les intimes, est le plus grand des deux satellites de la planète et il est aussi le plus proche de lui. Il mesure environ 27 kilomètres de large et il a besoin d’un peu plus de sept heures et demie pour faire sa révolution.

Phobos Mars

Phobos, une des lunes de Mars.

Deimos, lui, est beaucoup plus petit puisqu’il ne dépasse pas les 15 kilomètres de large. En outre, il est un peu plus éloigné que son camarade et il a ainsi besoin de trente heures pour faire le tour de Mars.

Phobos et Deimos n’auraient finalement pas été capturés par Mars

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Phobos et Deimos ne sont pas très différents l’un de l’autres et ils ont ainsi plusieurs caractéristiques en commun avec les astéroïdes de type C. Remarquez, cela n’a rien de surprenant car cette catégorie est la plus importante et elle regroupe ainsi environ 75 % des astéroïdes connus.

A cause de leur nature, les astronomes ont longtemps pensé qu’ils provenaient tous les deux du même endroit, et plus précisément de la ceinture d’astéroïdes. Certaines chercheurs pensaient même qu’ils avaient été capturés par l’attraction gravitationnelle de Mars.

Il y avait cependant plusieurs détails assez surprenants, des détails qui n’allaient pas dans le sens de cette hypothèse. Comme leur orbite, par exemple. Une orbite presque circulaire et se trouvant en plus dans le plan équatorial de la planète.

Face à la situation, plusieurs scientifiques ont commencé à travailler sur d’autres théories et deux études indépendantes viennent d’être publiées dans la presse scientifique.

D’après la première d’entre elles, Phobos et Deimos seraient nés des suites d’une collision entre Mars et un corps primordial trois fois plus petit. Un corps primordial ou, plutôt, un embryon de planète. Selon diverses simulations spécialement réalisées pour l’occasion, cette collision aurait eu lieu entre 100 et 800 millions d’années après le début de la formation de la planète et elle aurait donné naissance à un disque étendu autour de Mars.

Phobos et Deimos seraient nés d’une collision

Intéressant, mais ce n’est pas fini car ce fameux disque aurait donné naissance à des dizaines de lunes différentes qui seraient ensuite retombées sur la planète rouge. Les deux satellites que nous connaissons auraient survécu grâce à leur éloignement.

L’autre étude corrobore plus ou moins ces informations. En s’appuyant sur des éléments statistiques, le CNRS et les chercheurs de l’Université Aix-Marseille ont en effet confirmé la théorie de l’impact, une théorie qui pourrait d’ailleurs expliquer pourquoi l’hémisphère nord de Mars a une altitude un peu plus basse que celui du sud.

Alors bien sûr, tous ces éléments sont à prendre avec prudence. Il faudra en effet attendre de nouvelles observations pour pouvoir confirmer cette théorie.

Le bon côté de la chose, c’est que la JAXA va lancer en 2022 une nouvelle mission qui nous permettra de récupérer des échantillons de Phobos. Des échantillons qui confirmeront ou infirmeront cette théorie.

Mots-clés atronomiecnrsmars