Mars : un immense réservoir d’eau a été détecté

Mars fascine les chercheurs depuis de longues années maintenant et un groupe de plusieurs scientifiques travaillant pour l’Université du Texas à Austin s’est récemment penché sur une région de la planète rouge : Utopia Planitia. En analysant les données transmises par Mars Reconnaissance Orbiter, ils ont découvert que cette zone était en réalité un gigantesque réservoir d’eau.

Mars Reconnaissance Orbiter, ou MRO pour les intimes, a décollé de notre planète le 12 août 2005, en direction de Mars. Elle a mis un peu moins d’un an à atteindre la planète et cinq mois pour se placer sur une orbite basse circulaire.

MRO

MRO a repéré un nouveau dépôt de glace sur Mars.

Cette sonde a pour mission de cartographier la surface de la planète. Pour se faire, elle est équipée d’un télescope, mais également d’un spectromètre, d’un radiomètre et même d’un radar.

Utopia Planitia dissimule un gigantesque dépôt d’eau

Grâce à cet attirail, MRO est capable d’obtenir des images en très haute définition de la surface de la planète, mais elle peut aussi déterminer sa composition minéralogique ou même sa géologie. Mais si la NASA l’a équipé de tant d’instruments, c’est aussi afin de lui permettre de rechercher de l’eau piégée sous forme de glace.

À l’origine, la mission de la sonde devait se terminer en décembre 2008, mais l’agence spatiale américaine a décidé de la prolonger de quelques années. La sonde est toujours fonctionnelle et elle envoie toujours des données aux scientifiques au sol.  Des données partagées entre les chercheurs du monde entier.

Fascinés par la planète rouge, des chercheurs de l’Université du Texas ont passé plusieurs mois à analyser les données transmises par la sonde lors de son passage au-dessus de Utopia Planitia.

Une analyse faite à partir de 600 passes aériennes

Cette région assez particulière se présente sous la forme d’un gigantesque bassin doté d’un diamètre de 3 200 kilomètres. Il s’étire à travers une bonne partie de l’hémisphère nord de la planète et il s’agit en outre de l’endroit où la sonde Viking 2 s’est posée en 1976. Bien que cela ne soit pas prouvé, de nombreux chercheurs pensent que cette région est née d’un impact avec un corps spatial.

Après avoir analysé plus de 600 passes aériennes, les chercheurs de l’université ont fini par découvrir la présence d’un dépôt dont l’épaisseur oscille entre 80 et 170 mètres. D’après eux, il serait composé entre 50 et 85 % de glace d’eau, soit un volume plus ou moins équivalent à celui du Lac Supérieur.

Cette découverte, si toutefois elle est confirmée, est loin d’être anodine, car ce dépôt de glace semble être très accessible. Bien plus que la plupart des autres dépôts repérés à la surface de la planète.

Mots-clés insolitemars